Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Kevin Rudd fait ses adieux à la politique

Publié le 14 Novembre 2013 par Loueckhote Simon

Australie-politique-Rudd:


CANBERRA, jeudi 14 novembre 2013 (Flash d’Océanie) –

Le travailliste Kevin Rudd, qui a par deux fois été Premier ministre d’Australie au cours des six dernières années, a fait ses adieux à la politique mercredi, devant le Parlement de son pays, suscitant des applaudissement et une standing ovation de part et d’autre de l’hémicycle.


Au cours d’un discours marqué par l’émotion et des larmes retenues à grand peine, le dirigeant australien de 56 ans a tenté de brosser un bilan de sa carrière, au cours des quinze dernières années, et notamment de son passage au pouvoir, achevé début septembre 2013 par une cinglante défaite de son camp aux dernières législatives, face aux conservateurs désormais dirigés par le Premier ministre Tony Abbott.
Après les législatives de novembre 2007 qui ont vu le retour au pouvoir des travaillistes après u long cycle conservateur sous la houlette du Premier ministre John Howard, Kevin Rudd a ensuite été renversé par Julia Gillard, de son propre parti, en juin 2010.
Il est ensuite revenu au pouvoir, renversant à son tour Mme Gillard, en juin 2013, juste avant les législatives du 7 septembre 2013, marquées par la sévère défaite des travaillistes.


M. Rudd a justifié son départ de la vie politique par une « longue réflexion » et le désir de se consacrer désormais à sa famille.


« Ma famille a donné tout ce qu’elle avait pour moi et la vie publique, notre nation (…) Il est temps que je leur rende un peu », a-t-il déclaré en annonçant la vacance de son siège « après cette semaine ».


Évoquant ce qu’il considère comme les réalisations les plus marquantes de son passage au pouvoir, le dirigeant travailliste a notamment cité le bon comportement de l’économie australienne face à la crise financière mondiale, depuis 2008, le maintien d’un précieux triple A et le contrôle d’un taux de chômage relativement bas.
Il a aussi mentionné son discours, prononcé en février 2008 devant le Parlement, formulant pour la première fois des excuses de la part de la nation au peuple premier d’Australie, les Aborigènes.


« Rien ne m’a plus réjoui, au cours de ma vie politique, que les sourires que j’ai vu sur les visages de nos frère et sœurs aborigènes, jeunes et vieux, ruraux et urbains, à la suite de ces excuses », a-t-il rappelé mercredi devant les élus.


« Ça a été un grand moment dans l’histoire de notre pays, et ça s’est passé grâce à lui », a concédé son successeur, Tony Abbott, mercredi.

pad

http://www.theguardian.com/

http://www.theguardian.com/

Commenter cet article