Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Prisonnier d’un tambour de machine à laver puis extrait à l’huile d’olive

Publié le 15 Janvier 2014 par Loueckhote Simon


MELBOURNE, mercredi 8 janvier 2014 (Flash d’Océanie) – Les services d’urgence de la petite localité de Mooroopna (Nord de l’État du Victoria, Sud de l’Australie) ont été contraints mardi d’avoir recours à de l’huile d’olive pour extraire un homme, nu, qui s’était introduit dans le tambour d’une machine à laver pour faire une surprise à sa compagne, rapporte mardi la radio nationale publique ABC.
L’opération a nécessité un déploiement inhabituel de moyens, impliquant à la fois les pompiers, les ambulanciers et la police locale.
L’homme a pu être extirpé de sa cage de fer au bout d’une vingtaine de minutes, après qu’il ait été décidé que le meilleur moyen de le libérer était de lubrifier son corps nu et ensuite de le faire « glisser » hors du tambour, en l’enduisant au préalable d’huile d’olive trouvée sur place.
La solution s’est révélée efficace, grâce au fait que l’homme ne portait aucun vêtement, a ensuite confié l’agent de police Luke Ingram, qui a participé aux opérations de désincarcération.
Le policier a néanmoins profité de cette couverture médiatique nationale pour rappeler à la population de « ne pas s’introduire dans les appareils ménagers ».
De son côté, le jeune homme a expliqué qu’il s’était rapidement rendu compte, après être rentré dans ce tambour de machine à laver, genoux pliés, qu’il était totalement incapable d’en ressortir.
Ayant heureusement son téléphone portable sur lui, il a ensuite réussi à appeler une amie, lui demandant de prévenir les secours.
Seulement identifié par un prénom, « Laurence », il a estimé, après coup, avoir vécu cette extraction comme « une seconde naissance ».
« Je suis juste un peu déçu qu’ils aient utilisé de la bonne huile d’olive », a-t-il commenté, tout en remerciant ses sauveurs d’avoir « gardé leur sérieux » et de « ne pas avoir posé trop de questions embarrassantes ».

pad



Commenter cet article