le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

" ...Ils étaient des milliers ..."

Publié le 17 Juin 2014 par Loueckhote Simon

C’est en 1990, jeune Président du Congrès du Territoire de la Nouvelle-Calédonie, Conseiller à l’Assemblée de la Province des Îles Loyauté et Conseiller Municipal de l’Île d’Ouvéa que je me rends en Métropole.

Quelques mois auparavant, la Métropole subissait une grande sécheresse. La presse nationale en faisait sa « une » au quotidien.

Un jour, je découvris dans un quotidien national, un article relatant la situation des îles bretonnes et notamment l’Île de Sein, qui n’ont pas souffert du phénomène climatique étant dotées d’usine de dessalement d’eau de mer.

Jacques LAFLEUR alors Député, m’organisa une visite sur l’île.

Monsieur Alain LE ROY, son Maire, se fit un plaisir de m’accueillir sur ses terres. Et qu’est-ce que 2 îliens, de surcroît Gaullistes, peuvent bien se dire lorsqu’ils se rencontrent ?
Mon hôte avait fait les choses en grand. La société parisienne qui lui a construit l’usine de dessalement était également du voyage. 3 dossiers me furent remis, 1 pour moi, le 2 ème pour le Président de la Province des Îles et le 3 ème pour le Maire d’Ouvéa.

De cette rencontre sortira l’usine de dessalement d’eau de mer d’Ouvéa.
L’histoire de l’île me fut contée par le Maire, lui-même. Son père, Maire avant lui, a été l’un des vaillants marins qui refusa de se soumettre aux Allemands, préférant prendre la mer avec 165 autres Senans, âgés de 15 à 60 ans, dans des bateaux de fortune et ainsi répondre à l’appel du Général de GAULLE, depuis Londres.

Avec mon authentique médaille de l’Île de Sein, au dos de laquelle sont fièrement inscrits les mots suivants : « ils étaient des milliers », très rare et numérotée, je reviens sur le continent par le petit port d’Audierne, où une immense et très belle photo de la plage de Mouli décorait tout un mur de la boutique de plage.
Je n’ai cessé de repenser à cette merveilleuse journée que j’ai passée sur cette île avec son édile, compagnon de la libération.

C’était la deuxième fois que je me rendais en Métropole.
2 ans plus tard, devenu le plus jeune Sénateur de la République, je n’ai pas pu m’empêcher de retourner sur cette île qui a marquée l’histoire de la France. J’y ai retrouvé mon ami, Alain LE ROY.

Entre plaisirs retrouvés, souvenirs émouvants et projet réalisé, l’Île de Sein, en cette belle journée ensoleillée, m’a fait oublier, le temps de cette brève excursion que l’Île la plus proche du Paradis reste tout de même Ouvéa.

Commenter cet article