le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Dernière ligne droite avant l'inconnu, entre crainte et doute ...

Publié le 21 Novembre 2014 par Loueckhote Simon in Politique

 Le 24 Juillet 2013,  je lançais l'appel ci-dessous aux Membres du Congrès favorables au maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. Tous ont répondu, exceptés ceux de Calédonie Ensemble. Le résultat est désormais connu. Le rapport entre les indépendantistes et nous au Congrès est de 25 élus indépendantistes et 29 non indépendantsites. Le risque est grand, très grand. Si les indépendantistes insistent tant pour modifier le corps électoral pour les élections provinciales, c'est qu'ils ont bien compris que 6000 électeurs en moins en Province Sud notamment, c'est à dire pour les non indépendantistes, c'est la possibilité pour eux d'en avoir 2 de plus dans cette Province. Le rapport sera ainsi à 27/27. Ainsi, la grande porte de l'indépendance sera béante et le grand saut, possible voire inéluctable avec ses inconnus, ses craintes et ses doutes. La récente visite du Président de la République, ses annonces, la proximité qui se fait jour, de plus en plus, entre le patron de Calédonie Ensemble, les indépendantistes et les socialistes donnent raison à la mobilisation massive des Calédoniennes et des Calédoniens pendant son très court séjour, pour lui exprimer une fois de plus leur fierté d'être Français et leur volonté de la rester.                                     

                                                 

                                                    Nouméa, le Mercredi 24 Juillet 2013

                                   

                                                   Lettre ouverte

aux élus et partis politiques représentés au Congrès favorables à une Nouvelle-Calédonie dans la France

 

                                                  Chères amies,

                                                  Chers amis,

Le Congrès est convoqué le 8 Août prochain afin de procéder au renouvellement de son bureau.

La division des partis politiques favorables au maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France, nous fait courir le risque de l’élection d’un de nos adversaires politiques à la tête de l’institution.

Et pourtant, nous disposons d’une majorité confortable pour élire de nouveau, un des nôtres à ce poste stratégique.

La perspective d’échéances politiques importantes pour le pays ne fera qu’exacerber un peu plus les tensions qui existent déjà entre les uns et les autres.

Ainsi, je doute que nous puissions retrouver la force et la sagesse nécessaires qui nous ont été utiles lors du précédent renouvellement et qui nous avaient permis de garder la présidence du Congrès. Cette perspective serait un mauvais signal adressé à l’opinion qui s’interroge très légitiment sur notre capacité à nous entendre sur l’avenir.

Aussi pour en parler et arrêter une position commune, je vous invite à nous rencontrer et à en parler en un lieu et au jour et heure que nous définirons d’un commun accord.

Les Calédoniennes et les Calédoniens, j’en suis certain, ne nous en seront que plus que reconnaissants.

Dans l’espoir que cette proposition retiendra toute votre attention, je vous prie de croire, chères amies, chers amis, en mes plus amicaux sentiments.

Simon LOUECKHOTE

 

 

Commenter cet article

Rose de lune 21/11/2014 09:47

Tu as tout à fait raison Simon concernant CE ! L'axe Gomès/Palika/Hollande se dessine de mieux en mieux et il est fort à parier que Gomès utilisera certaines dispositions de l'ADN en termes de négociation : le transfert de l'Article 27, la prise de contrôle de la SLN par la NC, la révision du corps électoral, etc.... Gomès est dangereux, il veut être l'interlocuteur de la NC pour mieux asseoir sa soif de pouvoir. Il en a rien à faire du CGS, il veut la tête de Cinthya Ligeard au Gvt, de Gaël Yanno au Congrès pour tenir les rênes des institutions ...... et pour ça, il compte sur son pote Popol.

charruyer 21/11/2014 03:11

Simon fait preuve d intelligence, de sagesse et son autorite devrait permettre que pour une fois on l ecoute.C est ce que je souhaite. Je n appartient a aucun parti, j en suis fier......Mais j ai fait presque toute ma carriere outre-mer : Saint Pierre et Miquelon, Antilles, Madagascar, Reunion, Mayotte, Tahiti, Noumea, sauf quand on m a ramene d autorite au Cabinet du Ministre de l Interieur....J en deduis que la France sans son outre-mer va aller de regression en regression. Nous sommes un vieux peuple, use par des guerres et successives, nous avons besoin de cette jeunesse ardente, de sa force, de son intelligencimbeciles e,qu elle soit issue de l esclavage ou d accidents de l histoire, nous pouvons lui apporter beaucoup....elle peut donner un avenir radieux a ce vieux pays......