le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Libre-échange avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande : l’Océanie veut passer à la vitesse supérieure

Publié le 1 Novembre 2015 par Loueckhote Simon in Politique économique régioanle

RAROTONGA, dimanche 1er novembre 2015 (Flash d’Océanie) –

Les ministres océaniens du commerce ont achevé en fin de semaine leur réunion régionale sur l’affichage de leur volonté d’accélérer le processus de mise en place d’un accord de libre-échange ouvert aux deux grands voisins que sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
À l’issue de cette réunion ministérielle, qui se tenait dans la capitale des îles Cook, le dossier des négociations en vue de faire démarrer l’accord « PACER Plus », spécifique aux échanges entre pays du Forum des Îles du Pacifique (FIP) et ces deux grands pays, s’est taillé une part de choix.
Les ministres des 14 États membres du FIP, dans leur déclaration finale, ont pris l’engagement de « redoubler d’efforts » en vue de parvenir à une conclusion de ce traité.
Des accords similaires (dont le « PICTA » pour Pacific Island Countries Trade Agreement) ont été mis en place ces dix dernières années, mais ils ne concernent que les 14 États insulaires du FIP, pas l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
L’accord « PACER » (pour Pacific Agreement for closer Economic Relations, accord océanien pour des relations économiques plus étroites) vise à abattre les barrières douanières pour les produits australiens et néo-zélandais, déjà très bien représentés sur les marchés des petites îles du Pacifique.
Parmi les lignes-force avancées par Canberra et Wellington afin de convaincre les pays océaniens d’ouvrir plus largement leurs portes : l’idée de promouvoir un « régionalisme » économique dans la zone Pacifique et une meilleure visibilité des produits insulaires sur les marchés internationaux.
Afin de parvenir à un accord rapide, l’Australie a annoncé une augmentation de son aide aux frais de fonctionnement d’un bureau de promotion des investissements et du commerce dans le Pacifique, situé à Sydney, le tout à hauteur d’un million et demi de dollars australiens, a annoncé le FIP dans un communiqué le 30 octobre 2015.

pad

Commenter cet article