Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

CGT : Confédération Générale Terroriste ?

Publié le 5 Juin 2016 par Loueckhote Simon in Politique

Publié le  dans Édito

 

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, s’insurge qu’on puisse associer son syndicat au terrorisme. Manuel Valls refuse même qu’on parle de « voyous ». La paix sociale est-elle plus importante que la vérité ?

La CGT s’est spécialisée dans les actions de contestations et n’aime pas qu’on conteste son action. Pourtant, il y aurait de quoi faire.

La CGT lutte dans son propre intérêt, et avant tout pour exister. Elle agit certes au nom des salariés, comme les soviets agissent au nom du prolétariat. Mais les représente-t-elle vraiment ?

Jusque 2008, en France, cinq syndicats étaient jugés représentatifs a priori : il était même interdit d’apporter la preuve du contraire1. C’est évidemment risible, mais peut-être pas autant que la situation depuis : la représentativité d’un syndicat se fonde désormais sur des critères à l’aune desquels la prétendue représentativité de nos syndicats est une vaste blague.

  • Peut-on en effet vraiment considérer que la CGT incarne « le respect des valeurs républicaines » quand elle empêche la parution des quotidiens nationaux et mène des actions violentes ?
  • Le sort du rapport Perruchot, et l’opacité des comptes de la CGT, relèvent-ils de « la transparence financière » ?
  • Et que dire des « effectifs d’adhérents et cotisations » quand la CGT représente moins de 3% des salariés ?

On peut affirmer que la CGT n’est pas représentative, on peut même le montrer à l’aune de ces critères. En vain : il suffit à une organisation syndicale de rassembler 8% des suffrages exprimés pour être « représentative ». Alors que nombre de Français ne s’estiment parfois pas représentés par un président ayant obtenu la majorité…

C’est un réel problème, car si la CGT n’a pas besoin d’être vraiment représentative, elle n’a pas besoin de défendre l’intérêt des salariés. D’autant plus qu’elle ne compte pas vraiment sur eux pour se financer : entre subventions et détournements, les salariés représentent une fraction de leur budget.

Et ça ne manque pas : la CGT défend ses propres intérêts, pas ceux des salariés.

  • Elle ne lutte pas pour l’emploi : elle préfère le dépôt de bilan aux licenciements.
  • Elle ne lutte pas pour les salariés : elle préfère imposer le repos dominical que laisser travailler des étudiants et mères célibataires qui n’ont pas d’autre choix.
  • Elle ne lutte pas pour la croissance : elle préfère voir l’économie péricliter que renoncer à certains privilèges.
  • Elle ne lutte même pas pour le dialogue social : elle préfère le marbre de la loi à la souplesse des accords d’entreprise.

La CGT n’est pas un syndicat représentatif, et elle n’agit pas dans l’intérêt des salariés. C’est déjà beaucoup, mais de là à affirmer comme l’a fait Pierre Gattaz que la CGT est une minorité qui se comporte « comme des voyous, comme des terroristes », il y a un pas à franchir.

Imaginons l’espace d’un instant qu’une organisation – par exemple un groupe armé financé par divers trafics et affilié au Parti Communiste à l’État Islamique – se livre à quelques méfaits, et demandons-nous quel vocabulaire serait le plus approprié.

  • Cas n°1 : l’organisation dérobe chaque jour des tonnes de papier pour nourrir la propagande d’une dictature. Peut-on parler de voyous, de terroristes ?
  • Cas n°2 : l’organisation empêche la parution des journaux qui refusent d’être distribués par ses sbires au prix forttabasse leurs salariés, séquestre leurs dirigeants et détruit leur production. Peut-on parler de voyous, de terroristes ?
  • Cas n°3 : l’organisation empêche la parution de journaux qui refusent de diffuser un tract de son secrétaire général de son calife suprême. Peut-on parler de voyous, de terroristes ?
  • Cas n°4 : l’organisation vole et stocke en région parisienne des milliers d’armes de guerre en prévision du Grand Soir d’un coup d’État violent. Peut-on parler de voyous, de terroristes ?
  • Cas n°5 : l’organisation prend le contrôle de sites pétrochimiques sensibles pour la sûreté, et stratégiques pour l’approvisionnement en énergie du pays. Elle en empêche l’accès et menace de bloquer l’économie du pays. Peut-on parler de voyous, de terroristes ?
  • Cas n°6 : l’organisation bloque la circulation des trains pour sensibiliser les voyageurs à la loi Travail et obtenir leur adhésion propager le message du calife et recruter pour le djihad. Peut-on parler de voyous, de terroristes ?

Apparemment non, puisque Manuel Valls juge les propos de Pierre Gattaz inacceptables :

« Tout mot qui tend les rapports entre les organisations n’est pas le bienvenu, a poursuivi le Premier ministre. Les propos de Pierre Gattaz à l’égard de la CGT, qui est une organisation que nous respectons, (…) qui est une grande organisation, tous ces mots sont à proscrire », a-t-il encore déclaré, appelant « tout le monde à débattre du fond du texte ».

Il faut donc proscrire les mots « voyous » et « terroristes » pour parler de la CGT – c’est le Premier ministre qui le dit. Apprécions le sens du dialogue de cette « grande organisation » apparemment respectable :

 

image: https://pbs.twimg.com/media/Cj1AoSBWsAAR0B9.jpg:large

 

 

 

Pour les citoyens, ce ne sont pas de bonnes nouvelles. Aujourd’hui, en France, non seulement un groupe radical et violent peut détourner des fonds au long cours en toute impunité, organiser des blocages et séquestrer les honnêtes gens ; mais il peut le faire avec la bénédiction du Premier ministre. Et en toute impunité : la majorité actuelle a voté l’amnistie syndicale.

L’État de droit n’existe plus. La justice et la vérité passent après la paix sociale – social, comme dans dialogue social, c’est-à-dire avec seulement 3% de vrais morceaux de société dedans. Le reste, c’est le gras, l’argent du contribuable, et le sourire de Manuel Valls.

La violence est le dernier refuge de l’incompétence. Enfin, ça, c’était du temps d’Asimov ; aujourd’hui, il y a la CGT.


 

 

Commenter cet article