le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Le Koweït achète 30 hélicoptères français pour un milliard d’euros

Publié le 9 Août 2016 par Loueckhote Simon in Défense

Le Monde.fr avec AFP | 09.08.2016 à 12h09 • Mis à jour le 09.08.2016 à 16h07

24 de ces hélicoptères Caracal d’Airbus sont destinés à l’armée koweitienne, 6 à la garde nationale.

Le ministre de la défense français, Jean-Yves Le Drian, a signé mardi 9 août à Koweït City le contrat d’achat par le Koweït de trente hélicoptères français Caracal, pour plus de un milliard d’euros, a fait savoir le ministère.

L’achat de ces trente appareils (vingt-quatre destinés à l’armée, six à la garde nationale) s’inscrit dans le cadre d’accords commerciaux signés entre les deux pays en octobre 2015, pour un montant total de 2,5 milliards d’euros.

Lire aussi :   Le Moyen-Orient profite à Airbus Helicopters

Construits à Marignane

Ces appareils, fabriqués par Airbus Helicopters, filiale d’Airbus Group, sont dotés d’un système de blindage et d’autoprotection comprenant la détection radar des missiles. L’armée française possède dix-neuf appareils de ce type, utilisés notamment par les forces spéciales.

Les Caracal seront utilisés par l’armée koweïtienne essentiellement pour des missions de « combat search and rescue » (sauvetage de pilotes abattus), de transport et d’appui au sol. Les appareils seront livrés armés de mitrailleuses, un contrat pour l’équipement de missiles antinavires pourra être négocié ultérieurement, dit-on dans l’entourage du ministre.

Le contrat passé avec le Koweït prévoit la livraison du premier appareil dans vingt-neuf mois et du dernier dans quarante-huit mois, selon l’entourage du ministre. Les appareils seront construits dans l’usine de Marignane (Sud).

« C’est une très bonne nouvelle, a déclaré M. Le Drian, joint au téléphone de Paris. Ce contrat renforcera la pérennité des emplois de l’usine de Marignane, qui emploie plus de huit mille salariés. »

L’accord prévoit également la formation des équipages, des mécaniciens et la maintenance en conditions opérationnelles pendant au moins deux ans.

 

Commenter cet article