le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Retour de Nicolas Sarkozy : zéro crédibilité ?

Publié le 12 Août 2016 par Loueckhote Simon in Politique

Publié Par Le Parisien Libéral, le dans Politique

Par le Parisien Libéral

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2015/02/Nicolas-Sarkozy-Credit-UMP-Photos-Creative-Commons-by-nc-nd.jpg

Nicolas Sarkozy (Crédits : UMP Photos, licence CC-BY-NC-ND 2.0)

Nicolas Sarkozy (Crédits : UMP Photos, licence CC-BY-NC-ND 2.0)

 

Autant l’avouer tout de suite, votre serviteur n’en revient pas.

Oui, il en faut du courage à l’ancien président de la République pour oser se représenter devant les Français, surtout au vu du bilan de 2007-2012. Rappelons, en effet, ce qui s’est passé pendant 5 ans : les Français ont pris cher, ils ont souffert. Nous avons été assaillis par un déluge de taxes, validé par un gouvernement de « droite » : taxe sur les stock options, surtaxe sur le certificat d’immatriculation, taxe sur les véhicules polluants, taxe sur les complémentaires santé, baisse du 1er euro du seuil de taxation des plus values sur cessions de valeurs mobilières, taxes sur les taxes (TVA sur TIPP), taxe sur les sodas, etc… sans oublier l’incroyable exit taxe, une sorte de Mur de Berlin fiscal, taxer les riches qui partent de France.

 

À l’époque, et surtout après Lehman Brothers, Sarkozy nous disait :

  • on ne va pas abandonner le modèle social français
  • je ne me lève pas le matin en me demandant ce qu’aurait dit Hayek

Bref, Sarkozy, en bon socialiste de droite, avait en tête bien plus le catéchisme étatiste que les méthodes de Margaret Thatcher.

Depuis, Sarkozy est parti, et nous avons pire : toujours plus d’État, de lois, de dépense payée à crédit (et donc de déficits et de dette). Rien de surprenant à cela. Pourquoi ? Parce que tant qu’on ne remet pas en cause le périmètre de l’État, alors il faut bien financer toutes ces dépenses, et donc il faut bien taxer, ou emprunter pour payer les services publics et les fonctionnaires. Dont acte.

Aujourd’hui, alors que Hollande a fait la démonstration de son incompétence, Sarkozy tente un retour au niveau des idées, dans les médias. Cela a commencé par la publication de « La France pour la vie ».

Cela fait bien longtemps que la France a conduit toute ma vie, 
a sollicité toutes mes forces, 
a orienté tous mes rêves1

On pensait que celui qui faisait son jogging avec un tshirt « NYPD » (!) avait ses rêves orientés vers les États-Unis, mais bon, passons.

Cela s’est poursuivi avec la participation à l’émission Des Paroles et des Actes. Et là, force est de constater que celui qui ne rendait même pas hommage au statut de l’auto-entrepreneur dans son livre, a choisi de défendre, comme François Fillon, sur le plan économique, des mesures qu’il n’a pas appliquées pendant 5 ans, mais qui vont plutôt dans le bon sens :

  • contre-choc fiscal de 25 milliards d’euros
  • baisse de 10 % de l’impôt sur le revenu
  • suppression de l’ISF
  • baisses de charges pour les entreprises

 

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2016/02/Tweet-Nicolas-Sarkozy-1-660x468.jpg

Tweet Nicolas Sarkozy 1

 

 

  • programme d’économies de 100 milliards d’euros
  • retour du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite étendue aux collectivités locales
  • augmentation du temps de travail dans la fonction publique
  • recul de l’âge légal de départ à la retraite
  • dégressivité des allocations chômage votées « dès l’été 2017 »
  • programme de privatisation affecté au désendettement
  • arrêt des régimes spéciaux de retraite

 

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2016/02/Tweet-Nicolas-Sarkozy-2-660x451.jpg

Tweet Nicolas Sarkozy 2

 

 

Ce sont des bonnes idées pour la plupart. Quel dommage qu’elles n’aient pas été mises en oeuvre entre 2007 et 2012, comme la suppression de l’ISF ou celle des 35 heures.

Mais, le vrai problème, c’est, comme le note L’Opinion, qu’il y a un problème de méthode.

 

Passons sur le fait qu’un contre-choc de 25 milliards, ce n’est pas assez. Passons aussi sur le fait qu’il n’est pas très logique de promettre des baisses de charges sans affirmer que le corollaire, c’est la fin de la protection sociale telle que l’entendent les Français, y compris à droite.

Le problème, c’est que Nicolas Sarkozy tente d’attirer la droite et les libéraux par effet d’affichage. Les médias comme la Croix ne tombent-ils pas déjà dans le panneau d’un Sarkozy qui serait un libéral ? On en rirait presque, car pour les libéraux, le compte n’y est pas du tout.

La question, certes, est de baisser les impôts puisque la France est déjà à un niveau record. Mais le préalable doit d’abord être une question philosophique, et non pas fiscale.

 

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2016/02/nicolas-sarkozy-229x320.jpg

nicolas sarkozyOù est la réflexion sur le rôle de l’État ? Où est l’analyse de la nécessité de recentrer l’État sur ses seules missions régaliennes ? Où est l’étude de l’articulation entre la possibilité de gérer au niveau fédéral européen les missions régaliennes de l’État et de déléguer à des régions redevenues des patries d’autres missions de service public ? Pourquoi devrait-il y avoir le même modèle, imposé par un ministère, en Bretagne, en Provence, en Savoie, en Corse ou en Flandres ?

 

L’autre souci avec Nicolas Sarkozy est sa crédibilité. On avait déjà vu sa capacité à changer d’avis comme de chemise, notamment avec l’affaire du mariage pour tous. Sur le plan économique, quand bien même les idées de Sarkozy iraient dans le bon sens : qui a envie de le croire ?

Nous n’avons pas oublié 2007-2012, un quinquennat de légitimation du socialisme et du dirigisme.

 

Commenter cet article