Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Migrants à Calais : Alain Juppé veut "remettre en cause les accords du Touquet"

Publié le 22 Septembre 2016 par Loueckhote Simon in Politique

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, a réagi au démantèlement programmé de la "Jungle" de Calais et à la gestion des migrants en France. "Il faut que l'État reprenne la maîtrise des flux migratoires qu'il a perdue aujourd'hui" a-t-il expliqué.

Alain Juppé candidat de la primaire à droite et maire LR de Bordeaux, à franceinfo le 20 septembre 2016.
Alain Juppé candidat de la primaire à droite et maire LR de Bordeaux, à franceinfo le 20 septembre 2016. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)
avatar
Radio France

Mis à jour le 
publié le 

Le débat politique s'est cristallisé ces derniers jours autour du démantèlement programmé de la "Jungle" de Calais où se regroupent les migrants. "Ce n'est pas acceptable de continuer ainsi", a réagi mardi 20 septembre sur franceinfo Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite.

"Le gouvernement ne bouge pas sur ce terrain-là, mais il faut remettre en cause les accords du Touquet", a estimé le maire Les Républicains de Bordeaux. "Il faut distinguer ceux qui sont en situation illégale et qu'il faut raccompagner chez eux. Pour les demandeurs d'asile nous avons des lois qu'il faut respecter. Il faut que les délais d'instruction soit fortement raccourcis. Aujourd'hui c'est plus d'un an et demi, en Allemagne c'est six mois."

Pour les réfugiés présents en France et en situation légale, "je ne suis pas hostile à ce qu'on les répartisse sur le territoire national", a indiqué Alain Juppé mais il pose "deux conditions", que cela soit "en accord avec les maires, et que ce soit de petites unités sous le contrôle de l'État". "C'est difficile, il n’y a pas une seule solution. C'est une vision d'ensemble qu'il faut avoir de ce problème. Il faut que l'État reprenne la maîtrise des flux migratoires qu'il a perdue aujourd'hui", a ajouté Alain Juppé

Commenter cet article