le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

De l’inscription d’office des Kanak sur la liste électorale générale

Publié le 21 Octobre 2016 par Loueckhote Simon in Politique

 »  Les non-indépendantistes Kanak ont payé très chers le prix de la PAIX en Nouvelle-Calédonie. Ils ne veulent plus être le paillasson utile mais oublié du rééquilibrage et du destin commun« 

Le 7 Novembre prochain, le Premier Ministre réunira autour de lui à « la Chapelle », Hôtel Matignon, les Signataires de l’Accord de Nouméa ainsi que les principaux acteurs Calédoniens comme il s’y était engagé.

Il convient de relever que c’est la première fois depuis la signature de cet Accord que son comité de suivi, le Comité des Signataires, se réunit à 2 reprises dans la même année, sans doute parce que ce sera la dernière avant l’alternance annoncée, l’année prochaine.

Mais un Comité des Signataires pour faire quoi ?

La réponse ne va pas de soi.

Officiellement pour acter les points de convergences et de divergences.

L’ordre du jour communiqué par le Haut-Commissaire, identique à la virgule et au mot près à celui de Février dernier, laisserait plutôt planer le sentiment qu’un coup de force serait en préparation.

Il en est ainsi de la question du corps électoral.

Il sera une fois encore, l’objet de tension et d’âpres discussions dans la partie calédonienne.

Contestant les travaux des commissions spéciales en présence et sous les yeux d’experts de l’ONU comme ils l’avaient exigé puis des jugements des tribunaux, ils veulent maintenant que les Kanak et les Kanak seuls, soient inscrits d’office sur les listes électorales générales.

Une revendication teintée de mauvaises intentions

 Les indépendantistes savent qu’ils perdront aux différents référendums prévus à compter de 2018.

Le corps électoral tel qu’il est aujourd’hui défini, ne leur est pas favorable. Ils doutent même que tous les Kanak votent pour l’accession à la pleine souveraineté.

Les chiffres officiels nous apprennent par contre que beaucoup de Calédoniens dont beaucoup de Kanak ne sont pas inscrits sur les listes électorales.

En plus d’une campagne molle de sensibilisation sur le terrain pour inciter la jeunesse Kanak notamment, à s’inscrire sur les listes électorales, ils veulent aussi mener combat au niveau du Comité des Signataires.

Seront-ils entendus ? Il y a peu de chance

J’y serai et je m’y opposerai.

Je me suis toujours amusé de les entendre accuser les non-indépendantistes de fraude électorale parlant d’inscriptions illégitimes sur les listes électorales spéciales.

En matière de fraudes électorales, ils en connaissent un rayon

Je suis très certainement en matière de contentieux électoral celui qui aura introduit et gagné toutes les demandes d’annulations d’élections voire de condamnations d’élus et de responsables politiques indépendantistes pour fraudes électorales parfois en bandes organisées.

L’expérience la plus récente aura été celle d’Ouvéa où des électeurs ont effectué leurs tâches électorales (vote physique, vote par procuration ou émargement) sans qu’ils aient été présents physiquement dans le bureau de vote ou déléguer leur vote à un tiers électeur.

Je ferai observer que ce constat est partagé par beaucoup d’autres indépendantistes notamment aux Îles Loyauté où cette pratique est devenue une spécialité avec de lourdes conséquences.

C’était l’objectif affiché depuis toujours des indépendantistes, plus que le développement de
Ainsi, les non-indépendantistes ont été rayés de la carte électorale des Îles Loyauté.
la Province. Ils y sont enfin parvenus.

C’est donc la raison pour laquelle je m’opposerai à cette revendication à risque et finalement injuste

Je me mets à imaginer un vote très significatif pour l’indépendance où beaucoup d’irrégularités seraient observées.  

Quand, à quelle fin et devant quelles juridictions seraient contestées le référendum ?

 

 

Commenter cet article