Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Primaires à droite : Sarkozy en déroute tente de se refaire

Publié le 28 Octobre 2016 par Loueckhote Simon in Primaires lR

Publié Par Philippe Bilger, le dans Politique, Pushmobile

Ce qu'il faut savoir sur les primaires à droite

Capture d’écran TF1

L’instauration d’une primaire à droite a été rien moins qu’évidente. Nicolas Sarkozy n’en voulait pas : cela coulait de source démocratique pour lui que, battu en 2012, il devait, triomphant, être adoubé pour 2017. Et il a fallu les pressions insistantes d’Alain Juppé, de François Fillon et de Bruno Le Maire pour que ce processus soit admis, organisé sous l’égide de Thierry Solère et contrôlé par une Haute Autorité présidée par Anne Levade, une personnalité respectée.

Les concurrents de Nicolas Sarkozy ont dû se battre pour que la primaire soit naturellement élargie au centre parce qu’une famille unie sur l’essentiel ne pouvait pas avoir l’idée saugrenue, face à un événement aussi central, de faire politique à part.

Pour se convaincre de ces résistances heureusement surmontées, il suffisait de relever, lors du débat sur TF1, la crispation de Nicolas Sarkozy qui semblait vivre comme une choquante incongruité la confrontation avec des hommes et une femme qui avaient travaillé sous son autorité de président.

Du côté des sarkozystes, ce qui a totalement déréglé l’acceptation d’une primaire, parce qu’on n’imaginait pas une autre issue que victorieuse, a été non seulement le maintien à un bon niveau de la concurrence mais surtout l’échappée belle et durable d’Alain Juppé. Depuis des semaines, on annonçait avec une volupté anticipée son effondrement et, depuis des semaines, il progresse et creuse l’écart. Alors que Nicolas Sarkozy, comme une abeille contre une vitre, se heurte à l’implacable réalité de son déclin, Alain Juppé demeure constant dans une démarche d’intelligente modération et avec une forme qui n’exacerbe pas. Ce que des citoyens superficiels, confondant grosse caisse et audace, nomment faiblesse.

L’offensive du camp sarkozyste contre Bayrou

On a alors décidé de changer de registre. Non plus seulement la contradiction politique légitime, celle qui a révélé ses limites et même son échec, mais la contestation de la primaire qui devrait ressembler seulement au modèle dont Nicolas Sarkozy a besoin pour espérer pouvoir l’emporter.

Comme on est en train de perdre le jeu, on cherche subtilement à lui imposer, de fait, d’autres règles et à altérer par avance la légitimité de celui qui n’est plus seulement un favori de mousse et d’écume mais un probable vainqueur.

Jean d’Ormesson, auxiliaire de cette navrante entreprise, déclare que « Juppé sera élu mais ne fera rien ». En contrepoint, j’estime le courage de NKM qui n’a pas peur d’énoncer cette évidence qu’elle est favorable à une alliance de la droite et du centre « pour construire une vaste majorité de transformation de notre pays ».

Mais l’essentiel de l’offensive menée par le camp sarkozyste – faut-il y voir l’inquiétude de ceux que l’appétence du pouvoir avait déjà enivrés – se rapporte à une dénonciation honteuse contre François Bayrou et à cette revendication « Pour une primaire de la clarté » (Journal du Dimanche).

Pour le premier, on voudrait qu’il se repentît d’avoir voté en 2012 en faveur de François Hollande et qu’il cessât d’affirmer haut et fort son soutien à Alain Juppé.

L’offre de la droite en 2012 était trop médiocre – puisque personne, alors, même pas François Fillon ou Alain Juppé, n’avait eu le cran de mettre en doute la capacité de Nicolas Sarkozy à la représenter à nouveau – pour que, chez beaucoup de citoyens, une envie de déserter son camp naturel ne survienne pas. En ce sens, François Bayrou a raison de souligner que l’ancien président a engendré la victoire de l’actuel avec les soutiens décalés dont ce dernier a profité (BFM TV).

Certes François Bayrou aurait pu, sans doute dû, s’abstenir, comme moi-même je n’ai pas su le faire, et ne pas croire un seul instant en la fiabilité de François Hollande.

Reste que ce dernier, par des voies détournées, a détruit la gauche et que Nicolas Sarkozy n’aurait pas été loin de mettre à bas la droite par une droitisation forcenée, vecteur d’un FN heureux de se voir copié, inspirée plus par un ressentiment suicidaire que par une réflexion digne d’un ancien chef de l’État. Si, enfin, les yeux et l’esprit dessillés, des rivaux, d’abord Alain Juppé, n’avaient pas mesuré le danger et proposé au pays une offre responsable et vigoureuse de la droite et du centre.

Parce que François Bayrou a toujours vu juste sur Nicolas Sarkozy et les scandales de son quinquennat, qu’il a fait un temps confiance à François Hollande et qu’Alain Juppé est son champion, il serait disqualifié et le maire de Bordeaux gangrené par cette sympathie équivoque ? Rien de plus absurde car ce serait faire du premier un omnipotent et du second un ectoplasme !

Cette « primaire de la clarté », à lire son texte et sa validation par certains signataires, ressemble à une vaste plaisanterie !

Parmi les adeptes de cette transparence, on trouve par exemple Rachida Dati, Christian Estrosi ou Maurice Leroy, pour ne pas parler de l’évolutif François Baroin ! Pour les trois premiers, il ne m’a pas semblé qu’ils s’affichaient toujours en plein éclat politique, sans l’ombre d’une équivoque, et le dernier ne devrait pas répudier une complexité qui n’a pas été sans le distinguer longtemps de la masse de ses collègues épris de « clarté » !

Cette pétition a été élaborée pour une seule fin : servir une cause en perte de vitesse. Celle de Nicolas Sarkozy qui a été en 2007 si peu partisan de la clarté qu’il a nommé au gouvernement des personnalités de gauche, transfuges intéressés, et qu’il a proposé des postes de ministre à des sensibilités aux antipodes de la droite. Au point qu’un spirituel Patrick Devedjian, accordé aujourd’hui avec Alain Juppé, a souhaité alors « l’ouverture même jusqu’aux sarkozystes ».

Aussi, quand ces combattants pour la lumière englobent les Français et eux-mêmes pour une « alternance qui doit être solide, franche et visible », ils se moquent du citoyen. Puisque, derrière cette abstraction prétendument noble et volontariste, ils s’efforcent seulement, à des fins partisanes, de discréditer l’espérance d’une alternance qui vaudra largement la leur, aussi « solide, visible et franche » mais sans doute plus fine et intelligente, moins simpliste que la leur, à l’évidence plus opératoire car la droitisation extrême de la « clarté » invoquée sera le plus grand obstacle à sa concrétisation. Sa suprême impossibilité.

Comme on aurait aimé une authentique sincérité – une clarté du cœur et de l’esprit – n’occultant pas la manœuvre et assumant que cet aréopage hétérogène n’aspire qu’à une primaire pour les besoins de Nicolas Sarkozy et qu’il feint de théoriser l’obligation de restrictions par pur clientélisme ! Parce que cette limitation de la primaire « à la clarté » est en réalité une répudiation de la primaire ouverte jusqu’à la liberté ! Puisque la fausse clarté serait une roue de secours pour Nicolas Sarkozy quand la vraie liberté serait une voie royale pour Alain Juppé…

On nous fait prendre des vessies pour des lanternes.

Faut-il que les adversaires du maire de Bordeaux soient en état de stress – ils ont vraiment l’identité malheureuse – pour s’alarmer ainsi, un peu moins d’un mois avant la première échéance d’une primaire dont ils avaient accepté les modalités définies avec précision, notamment pour l’étendue du champ électoral et les conditions de participation !

Un tel comportement est de mauvais augure pour la suite et autorise qu’on doute de l’attitude des inconditionnels de Nicolas Sarkozy si celui-ci, comme beaucoup l’espèrent, était rejeté au second tour ou, encore mieux, était condamné à observer, ce qui serait un affrontement de plus grande classe, la joute entre Alain Juppé et François Fillon. Non pas « la tisane contre la vodka ». Mais deux rigueurs, deux intelligences, deux clairvoyances, deux énergies, surtout deux tenues et deux allures.

Si nous n’étions pas dans une France déchiquetée avec une gauche en miettes et un président qui sadiquement fait durer la souffrance pour interdire qu’on en recolle dans l’urgence quelques morceaux, cet exercice si obscur et cynique de « Pour une primaire de la clarté » serait risible. La main sur le cœur, ils préfèrent Nicolas Sarkozy déjà essayé et vaincu, et leur détestation de François Bayrou à l’espoir, enfin, d’une véritable alternance.

Avec une primaire sans fausse clarté, avec une vraie liberté.

Commenter cet article

peineplancher 18/11/2016 23:45

sarko quelle indignité !!!