Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

« Blue boats » suite

Publié le 27 Janvier 2017 par Loueckhote Simon in Divers

Et voilà pas que Tonton de la Vallée se met à écrire pour la prochaine vidéo de King Tazz, tellement c’est un gag

Le mec du Port Autonome qui a été chargé de surveiller les bateaux en baie de Nouville découvre avec stupeur à 6H00 du mat que 2 des 3 bateaux Viet ont disparu.

Il alerte tout de suite le mec d’Ouvéa qui dirige le Port.
« Chef, il y a 2 bateaux qui ont disparu »

Le Directeur saute sur son téléphone et prévient le mec des Affaires maritimes.
« Y a 2 bateaux qui ont disparu »

L’AFMAR, c’est comme ça qu’on appelle le Directeur des Affaires Maritimes « Je lance tout de suite un AVURNAV (Appel à Vous Urgent pour Rechercher les NAvires Viet »

Il appelle dans la foulée le Haut-Commissaire qui appelle not’Prez du gouv.
1 heure plus tard 3 navions à nous, décollent de l’aéroport militaire international à la poursuite des ti bateaux bleus.
Moins d’1 heure plus tard, « Allo la tour de contrôle de Tontouta, ici le Guardian avec
la cocarde BBR (Bleu Blanc Rouge), dites à tout le maande qu’on a retrouvé les bateaux. Et comme tous les Calédoniens, ils prennent la direction de l’Australie »

Aussitôt dit, aussitôt fait, le Numéro 1 de l’Etat est informé, qui informe son homologue de chez nouz’ot et un AVORNAV ( Avis à Vous On a Retrouvé les Navires Viet) est publié dans la foulée.
Et pi là, not Prez dit au Haut-Commissaire « où c’est que vous allez met’ les bateaux maintenant »

« Ben à Nouville » réplique le représentant de l’Etat
« Hors de question vous voyez tous les problèmes que ça va poser.
La Province Sud va gueuler, la Mairie va gueuler, les Calédoniens vont gueuler parce que tout ça, ça va finir comme le Bético1 et les vieux rafios à Loulou, à pourrir dans la baie et y a des élections bientôt. Vous n’avez qu’à les garder chez vous »
« Osso, mais c’est chez nous, ici aussi » répond le Haut-Commissaire.
« Non, en dehors du lagon, c’est chez vous. Dedans, c’est la Nouvelle-Calédonie » dit énervé le Prez à nous.
Le Haut-Commissaire est vraiment embêté par not’ Prez qui défend plutôt bien nos intérêts. Il appelle le Commandant de nos bateaux de guerre.

« Commandant, y a lot’ là qui se prend pour moi, qui ne veut pas que les bateaux bleus reviennent dans le lagon. Il veut qu’on les garde dans nos eaux à nous, c'est-à-dire en haute mer. Comment qu’on fait ?»
« Je m’en occupe » dit le mec de
la Base Chaleix

Dans la journée, la télé et les radios locales donnent en « prime time » une info de première main, « les ti bateaux bleus n’ont pu être interceptés car ils se trouvaient déjà dans les eaux internationales ».

Quand nos navions les avaient repérés, ils n’étaient qu’à 100 milles de nos côtes et à 6 nœuds, ils ont eu le temps de faire 100 milles supplémentaires pour se mettre en sécurité et se dire intouchable.

A not décharge, quand le Commandant de la Marine a rappelé tous ses marins pour reprendre la mer, beaucoup étaient déjà partis en week-end à Lifou pour les mariages, à Maré pour les ignames, à Ouvéa pour le coprah et il fallait refaire le plein de mazout ect … une grosse logistique finalement.
Et c’est le Tribunal qui va bastonner les 3 malheureux mecs qui ne sont pas plus capitaines que moi, je ne suis curé de Fayaoué.

Du coup, on s’en sort plutôt bien. On aura qu’un ti bateau et 3 mecs à garder pendant 9 mois.
Tonton de la Vallée me disait qu’il y a un truc qui a échappé aux mecs qui se sont occupés des bateaux Vietnamiens. Ils les ont assignés au mouillage au lieu dit « banc des japonais ». Insulte suprême pour les Vietnamiens qui se souviennent avoir refoulé les armées du Soleil Levant de chez eux, il n’y a pas si longtemps. Les contraindre aujourd’hui à l’hospitalité du « banc des japonais », faut pas pousser grand-mère dans les mimosas, non plus.

Et pour couronner le tout, l’AFMAR reçoit un télex écrit en Viet, qu’il est incapable de lire.
Ni d’une, ni de deux, il demande au tout nouveau Consul de le traduire et comme il n’en revient pas, il demande au Président de l’Amicale Vietnamienne en pleine préparation de la fête du Têt, de confirmer, qui réunit son bureau pour en prendre connaissance et font appel à un Professeur qui enseigne le Vietnamien aux Langues O à Paris, qui confirme que la première lecture du Consul, était la bonne.

Telex d'un des "Blue boats"

Le message vient d’un des « Bleu boats » qui se trouve déjà en vue des côtes de la Gol Cosss 

 

Commenter cet article