Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

La « mauvaise interprétation » du sénateur

Publié le 10 Septembre 2008 par Loueckhote Simon in Presse - Communiqués - Allocutions

 

Le journal flamand qui s’est attiré les foudres de Simon Loueckhote en publiant une caricature sur les soldats français tués en Afghanistan se défend. Selon lui, le sénateur a « mal interprété » le dessin.


« Pour nous, cette caricature exprime un sentiment de tristesse et de mélancolie à l’égard des soldats français », a déclaré l’éditorialiste du Morgen, Yves Desmet.

Le sénateur Simon Loueckhote, qui s’était indigné de la publication dans le journal belge De Morgen d’une caricature sur les soldats français morts en Afghanistan (notre édition de samedi), a « mal interprété » le dessin, a déclaré mardi l’éditorialiste du quotidien flamand. Le dessin représentait des cercueils des soldats portant la médaille de la Légion d’honneur, la plus haute décoration française, avec une légende qui faisait allusion aux Jeux Olympiques : « Même d’Afghanistan, les Français rentrent à la maison avec des médailles. »
« Pour nous, cette caricature exprime un sentiment de tristesse et de mélancolie à l’égard des soldats français », a déclaré à l’AFP l’éditorialiste du Morgen (centre-gauche), Yves Desmet. « Il dénonce l’absurdité de la guerre, dans la tradition pacifiste flamande (née) au lendemain de la Première Guerre mondiale », a-t-il ajouté.

« Aucune insulte »

« Je ne vois aucune injure à l’égard des soldats français, mais même si c’était le cas, la liberté d’expression, dont la France a une riche et grande tradition, devrait prévaloir », a poursuivi l’éditorialiste.
Rappelons que le sénateur Simon Loueckhote avait écrit au président français Nicolas Sarkozy pour lui faire part de son indignation au sujet de ce dessin, qu’il a jugé « particulièrement infamant et blessant à l’égard de la France, de son armée, des défunts et leurs familles ». « La liberté de la presse et d’expression ne sauraient entraîner le droit d’offenser notre pays, notre politique étrangère et nos soldats dans de telles proportions », estimait Simon Loueckhote. Il faut dire que ce drame national a une résonance toute particulière en Nouvelle-Calédonie puisque l’un des 10 soldats tués dans l’embuscade du 18 août en Afghanistan était originaire d’Ouvéa et qu’il avait des liens de parenté avec Simon Loueckhote.


Article Les Nouvelles Calédoniennes. 10-09-2008


 

Commenter cet article