Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Une nouvelle vision des Collectivités Françaises d’Outre-mer

Publié le 2 Novembre 2008 par Loueckhote Simon in Presse - Communiqués - Allocutions

 

La crise économique appelle à de multiples réponses. La Nouvelle-Calédonie peut être un atout, à l’instar des autres Collectivités Françaises d’Outre-mer, comme l’a utilement rappelé le Secrétaire National à l’Economie, Frédéric Lefebvre. Extension de la France dans le Pacifique, la Nouvelle-Calédonie bénéficie d’une proximité géographique avec l’Australie, la Chine et le Japon, elle peut jouer un rôle d’intermédiaire privilégié dans les relations commerciales avec ces pays.  

 

Les solutions face aux difficultés économiques que connaissent la France et l’Europe ne sont pas nécessairement toutes tracées. La France peut trouver, à travers ses collectivités d’Outre-mer, des points stratégiques économiquement parlant, tout comme ces territoires ont eu, par le passé, une importance stratégique déterminante d’un point de vue militaire. Bases avancées de la France lors de la seconde guerre mondiale et pendant la guerre froide, les Collectivités d’Outre-mer ont joué un rôle capital dans la défense de notre pays et de ses valeurs. Si le nerf de la guerre est aujourd’hui économique, je reste convaincu qu’en la matière les C.O.M. peuvent tenir un rôle décisif. 

 

L’intervention de M. Lefebvre a le mérite de faire apparaitre les Collectivités d’Outre-mer sous un jour nouveau. Il perçoit que la Nouvelle-Calédonie, notamment, puisse être un tremplin pour l’économie française. Il propose que les compétences et les savoir-faire soient développés dans toutes les C.O.M.  afin de créer de vrais pôles d’activités économiques…

 
Pressentir que les C.O.M. puissent devenir les têtes de ponts de l’économie française un peu partout dans le monde me parait d’une grande justesse. L’économie mondialisée fait, en effet, de la présence française en de nombreux points du globe un avantage qu’il faudrait savoir mieux mettre à profit. La Nouvelle-Calédonie, notamment de par sa richesse en nickel, mais pas seulement, peut et doit être une figure de proue des échanges commerciaux entre les France et le reste du monde. De même, la Réunion et Mayotte sont des passerelles vers les marchés de l’Inde et de l’Afrique, particulièrement de l’Afrique du Sud … La Guyane offre un ancrage sur le territoire sud-américain, tandis que la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Barthélemy et Saint-Martin sont proches des U.S.A. Saint-Pierre et Miquelon jouxtent les côtes nord-américaines. Enfin, la Polynésie, au centre du Pacifique peut développer ses liens avec les pays asiatiques tout comme avec l’Ouest américain…

 

Les Collectivités françaises d’Outre-mer et la Nouvelle-Calédonie doivent faire valoir leur position dans les rapports de force économiques. Cela pourrait permettre à la France de bénéficier des retombées d’une bonne santé économique et d’une croissance qui demeurent, dans grand nombre des pays de notre région, bien meilleure qu’en Europe. Je partage totalement cette vision novatrice et pragmatique qui choisit de mettre enfin intelligemment à profit les ressources de toute la France, dans sa globalité et sa diversité. Je me réjouis particulièrement de voir le Gouvernement français renouer avec une vision qui m’est chère, celle d’une France aux dimensions gaulliennes.

Commenter cet article