Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Simon Loueckhote décidera en fin de semaine

Publié le 2 Mars 2009 par Loueckhote Simon in Politique

 

 

Simon Loueckhote consulte ses proches, réfléchit encore et décidera en fin de semaine si, oui ou non, il accepte de conduire une liste d’union non indépendantiste pour les provinciales aux Loyauté.


« Ma décision n’est pas encore prise. Elle dépend d’éléments que je n’ai pas, mais je déciderai à la fin de la semaine. » Le sénateur, président du Mouvement de la diversité, n’a donc pas encore décidé si, oui ou non, il répondra au vœu formulé par Philippe Gomès et Calédonie ensemble de le voir tirer une liste d’union non indépendantiste pour les provinciales aux îles Loyauté. Quoi qu’il en soit, Simon Loueckhote ne veut pas faire durer les choses. Qu’il se présente ici ou là, il estime qu’il n’aura pas trop de mars et avril pour sa campagne.
Il lui faut donc décider vite, même s’il n’a guère apprécié d’être bousculé dans son calendrier par l’impatience du patron de la Maison bleue, dont l’initiative peut aussi passer pour une tentative gênante de récupération du patron du Mouvement de la diversité.
Sur le fond, Simon Loueckhote est d’accord : une liste d’union éviterait au courant de pensée non indépendantiste des îles, qui représentait 30 % de l’électorat voici vingt ans mais n’a plus aujourd’hui qu’un élu municipal à Ouvéa, de payer le prix de la dispersion et de disparaître de la scène institutionnelle des Loyauté.


Cantonné aux Iles ?


Est-il le seul homme de la situation ? Pas nécessairement, estime Simon Loueckhote, qui pense que l’option d’une liste d’union demeure même s’il n’en prend pas la tête. « Parmi les gens des îles, dit-il, on pourra bien identifier quelqu’un, même s’il est difficile de dénicher la perle rare à la dernière minute. Mais si tout le monde y met de la bonne volonté, on pourra y arriver. »
Le sénateur, en tout cas, s’interroge. Philippe Gomès veut-il l’écarter d’une candidature dans le Sud ? Ce n’est « peut-être pas dénué de fondement », mais ce n’est qu’un élément du problème. Pour le sénateur, la question primordiale est ailleurs : un Mélanésien des îles doit-il forcément se cantonner aux îles ? La politique calédonienne doit-elle forcément obéir à des règles de niches politiques et géographiques ? Est-il possible de les transgresser, comme le Mouvement de la diversité l’a fait lors des municipales à Nouméa, où la composition du conseil, affirme Simon Loueckhote, ne reflète pas la sociologie de la capitale ?
« Si on me reconnaît autant de qualités, sourit-il, pourquoi veut-on réduire mon périmètre d’action aux seules Loyauté ? »

 

Les Nouvelles Calédoniennes. 23-02-2009

Commenter cet article