le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

A la veille des résultats...

Publié le 10 Mai 2009 par Loueckhote Simon in Divers

La campagne des provinciales 2009 se termine.
Qu'en conserverons nous comme image forte, quelle en sera l'issue ? qu'ont ils voulu vous dire,ces femmes et ces hommes de notre Pays, dont je suis, et qui briguent vos suffrages ?
Une peine certaine à fédérer , des conclusions difficiles de rapprochements pourtant d'importance pour la stabilité de nos institutions.
Il fallait accepter de renoncer provisoirement à son identité propre, et je crois avoir été le seul à en accepter les règles et les critiques, en m'associant à la liste de l'Avenir Ensemble.
Pas d'image forte, plutôt parfois quelques imagiers .
Des caricatures destinées à stigmatiser les querelles personnelles des amis d'hier devenus les ennemis d'aujourd'hui; pour d'autres, des pages qui ne veulent pas être tournées et qui malgré les défaites continuent à disperser les forces, en dissimulant avec peine leurs aigreurs, tandis qu'il faut aller de l'avant.
Un peu d'effet de séduction, " de rêve" pour certains, bien que la cause soit trop importante pour se laisser aller à de tels ensorcèlements,
Un presque consensus sur tous les thèmes de programmes qui , bon an mal an sont les sujets des préoccupations de tous les calédoniens et sur lesquelles en finale, le réalisme même éclairé, l'emportera sur les effets d'annonce.
Un grand écart en revanche sur la vision du devenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie, sur cette fameuse "certaine image"avec plus ou moins de France que nous nous faisons de notre Pays, mais surtout sur la nécessité ou pas d'en faire l'urgence à traiter dès 2009.
Quel décalage en effet entre un pacte cinquantenaire négocié et consensuel, et un referendum "empressé", purge irréaliste d'une question qui n'est absolument pas encore d'actualité, n'en déplaisent à ses défendeurs.
Il y a, bien avant, à consolider, à assurer des lendemains qui chantent à nos assiettes, nos maisons, nos champs, nos emplois, nos enfants, notre environnement, notre vie de tous les jours avant de savoir quelle forme doit prendre notre nouvel engagement politique et constitutionnel pour l'avenir.
Ce sont les premières obligations et les seules pour le moment, auxquelles nous soumet l'urgence.
A toutes et tous, j'ai souvent rappelé au cours de nos rencontres de campagne commune avec l'Avenir Ensemble, l'idée, développée dans la formation politique que j'ai le plaisir de mener, "le Mouvement de la diversité", du pari à faire sur l'intelligence , Mais aussi celui de la confrontation des idées, avec au coeur, la fédération des bonnes volontés dont la NC a besoin.
Oser dire que "tout est possible".  
Oser regarder la réalité économique de la NC en face, ses ressources à créer et ses justes besoin de répartition des richesses, oser être créatif face aux difficultés sécuritaires , quitte à revoir nos politiques d'éducation, oser regarder nos faiblesses, nos déséquilibres et y mettre un terme progressif en relative autonomie, oser permettre aux plus faibles de pouvoir s'insérer dans un tissu économique qui nivelle par le haut en laissant nombre sur le bas côté, en favorisant le droit au crédit, au compte, à la propriété, à la libre entreprise et à la coopération micro économique adaptée à nos besoins, du Nord au sud et aux îles.
Oser parler de tous les laissés-pour-compte des grands projets industriels. Oser mutualiser, dans tous les secteurs, les compétences de femmes et d' hommes d'horizons multiples, prêts à s'approprier au delà des clivages la participation à la décision, pour faire éclater les cadres trop rigides existants.
Faire "bouger les lignes", oser parler du droit sacré à la libre expression, à tous les niveaux, et favoriser les débats publics,ainsi qu'une nouvelle forme de gouvernance.
Oser, avec et malgré ma spécificité de mélanésien, mettre en avant la diversité comme le patrimoine du Calédonien d'aujourd'hui; un calédonien d'origine diverse, et non un faire valoir communautariste dont les conséquences sont la division et non l'intégration dans ce que l'on peine encore à qualifier d'identité calédonienne.
Oser parler de prospective dans la réflexion des problèmes quotidiens, pour que les femmes et les hommes de ce pays se rencontrent de plus en plus, et non que des chiffres s'additionnent ou se compensent automatiquement, oser encourager coûte que coûte la construction collective de notre Pays. Oser dire qu'il faut compter dans le coeur des calédoniens, au delà de toutes les querelles de clochers
Oser dire enfin, que pour convaincre il faut parler d'une même voix, d'un bout à l'autre du pays et que je serais plus que jamais encore cette voix, soutenue je l'espère de votre confiance.
Commenter cet article

C. de Verlac 11/05/2009 02:54

Mr le Sénateur ,Il falait attendre que ces élections provinciales soient passées pour éclaircir la situation :1)Vous etes le seul a avoir clairement été ou a etre  en contact avec tous les partis "non indépendantistes "ce qui montre en fait votre capacité de dialogue ;quelles observations pouvont nous faire ? a)L ump Rump a refusé votre main tendue alors que vous représentez le coeur de la Nouvelle calédonie b)Le parti de Mr Gomez vous acceptais dans son seul interet , critiquant notamment le fait qu il y ai des jeunes dans votre mouvement ; il semble qu il oublie ainsi l Ame meme des accords de Nouméa . c)L Avenir Ensemble a  sans doute compris l interet  d une alliance avec vous , mais curieusement le résultat n a pas été convaincant , soit votre propre électorat , soit celui de l Avenir ensemble soit peut etre les deux n ayant peut etre pas apprécié ce rapprochement ;il est néanmoins vraissemblable que devant l urne des électeurs aient pu penser en nombre que le RUMP était le mieux armé du fait de l existence de sa "machine de guerre" pour les prochaines échéances .La constatation principale qui , selon toute vraisemblance , vous concerne au premier chef ,est qu un certain nombre d électeurs ne se retrouvent pas encore dans les principaux partis politiques en présence , notamment Les mélanésiens non indépendantistes , mais également les calédoniens qui veulent vivre en harmonie dans la diversité .Vous devez etre le capitaine de ce navire que vous avez deja engendré avec votre mouvement .Peut etre est il temps , maintenant que les élections provinciales sont passées , de durcir le ton :Les intellectuels de L UMP ont compris le danger que vous représentez :insidieusement , depuis toujours , vous etes présenté comme ce brave Simon ,gentil , qui , c est vrai parle bien ...Alors votre image ne doit elle pas évoluer ,voir changer du tout au tout , ne devriez vous pas , maintenant , fédérer dans toutes les communes ce mouvement , ou ,actuellement , pour exister , le mélanésien meme non indépendantiste ne puisse  s identifier qu a des indépendantistes ? N hésitez pas a montrer qu une telle voie est possible , et , sans sy référer completement , prendre en exemple Mayotte , dont les habitants ont choisi de se référer aux valeurs défendues en France , d en obtenir les bienfaits et avantages , et en meme temps de rester maitres dans leur pays ?Le choix est bien la : Les  hommes politiques ou affairistes de toutes provinces confisquent le pouvoir et les biens . C est d abords un langage , une résolution forte , que vous devez lancer avec fierté ,et vous unir avec les passionnés de tous bords ,n hésitez pas a obtenir ce que certains appellent la ségrégation positive , et a prendre et donner au peuple ce qui lui est injustement refuséL idée d indépendance est sans doute dépassée : en clair cela veut dire que la population ne pourrait plus se prétendre des droits et des valeurs qu elle a aujourd hui !Mr le Sénateur , vous pouvez des a présent montrer votre détermination , et beaucoup de calédoniens auront la joie en vous serrant la main de voir enfin quelle poigne ils ont en face d eux