le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

40ème Forum des Iles du Pacifique, Cairns du 4 au 6 août 2009

Publié le 12 Août 2009 par Loueckhote Simon in Politique

J’ai retrouvé la ville de Cairns 5 ans après ma précédente visite. A quatre reprises, j’étais venu dans cette ville du Nord de l’Australie pour participer à un concours de pêche aux gros. Je formais avec deux copains une équipe décidée à partir aux quatre coins du monde pour participer à cette activité sportive que j'ai pratiquée en dilettante à Ouvéa ou à Nouméa. Nous avions d’ailleurs réalisé de belles prises et avions même gagné un concours.
Les élections de Mai 2004 allaient mettre un terme à cette belle aventure. C'était donc avec beaucoup de plaisir que je retrouvais l'hôtel où nous résidions et la marina d'où partaient les bateaux de pêche, tous deux rénovés. J'ai été aussi admirablement frappé par le changement de la ville. Beaucoup de constructions ont vu le jour. Cairns a visiblement acquis un statut international. Pour une ville de 130 00 habitants, c'est rare qu'elle étonne autant. Elle traduit par cette métamorphose, le dynamisme de l'économie australienne. 

Nous étions 8 personnes dans la délégation: H.MARTIN, Président du Congrès, chef de délégation, P.N'GHAÏONI, Vice-Président du Gouvernement, B.DELADRIERE, membre du Gouvernement, P.NEAOUTINE, Président de l'Assemblée de la Province Nord et moi-même, Sénateur de la République et membre du Gouvernement.
Nous étions accompagnés par 4 personnes: le responsable du protocole au Gouvernement et au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, deux agents de la cellule de coopération régionale et une interprète. 

Que retiendra-t-on de ce Forum ?

D’abord, que la Nouvelle-Calédonie  mais également la Polynésie Française et Wallis et Futuna n'ont pas participé à l'ensemble du Forum. Leur statut de territoire français au sens des règles internationales et des règles régissant cette instance, ne les met pas au même niveau que les autres petits Etats. Et même si, ces petites îles du Pacifique, hormis l'Australie et la Nouvelle-Zélande, n'ont pas le même niveau de développement que les collectivités françaises de la région, les règles sont ainsi faites que nous sommes restés en marge de certaines rencontres du Forum.

Nous mesurons néanmoins la nécessité pour nous, d’être complètement intégrés dans cette instance. Parmi les organisations internationales de cette région, le Forum des Iles du Pacifique est l’organisation politique par nature où siègent toutes les Îles qui ont le statut d’Etat. Cependant les sujets qui y sont abordés, concernent vraiment tout le monde quelque soit son statut.


Parmi les préoccupations abordées lors de ce 40° FORUM, figuraient entre autres, la question climatique et sous-jacent à celle-ci, la déforestation ou encore la montée des eaux. Différents pays ont manifesté leur inquiétude sur les effets du réchauffement de la planète et de ses conséquences pour les petites îles du Pacifique. Une fois de plus a été rappelé que les premiers réfugiés climatiques sont originaires du Pacifique.

A l’unanimité de ses membres, le Forum a retenu une motion sur ce sujet qui sera présenté à Copenhague, lors d’une réunion en Septembre prochain, consacrée aux questions environnementales.


La question de l’exclusion de Fidji a également été évoquée. La situation qui y règne, ne favorise pas le retour de ce pays sur les bancs du Forum. Je rappelle que quelques jours plus tôt, lors du Sommet « France-Océanie » qui s’est tenu à Nouméa en Nouvelle-Calédonie, la France, par la voix de B.KOUCHNER, son Ministre des Affaires Etrangères, avait invité les pays présents à ne pas exclure Fidji. Mais de maintenir le dialogue et de tout faire pour que ce pays retrouve les voies de la sagesse pour qu’il réintègre le concert des grandes démocraties.


La question de la crise a également été évoquée mais je dirais que même si elle est grave et qu’elle a impacté les îles, elle n’a pas primée sur les questions liées au changement climatique.


Les collectivités françaises de cette région aspirent naturellement à intégrer le Forum. Et c’est en bonne voie. La Nouvelle-Calédonie et la Polynésie Française vont très bientôt obtenir le statut de membre à part entière de l’organisation. Le Territoire de Wallis et Futuna suivra un peu plus tard.

Mais cette évolution procure des obligations que B.DELADRIERE, chargé au Gouvernement des questions financières et budgétaires n’a pas manqué de soulever. Ancien fonctionnaire du Quai d’Orsay, appellation du Ministère des Affaires Etrangères Français, il est bien placé pour savoir ce que sont des réunions internationales, des déplacements dans toute la région pour ne parler que de ces engagements, auxquels nous serons contraints.

Une fois acquis le statut de membre à part entière du Forum, la Nouvelle-Calédonie pourrait l’accueillir dans un avenir proche. Pourquoi pas dans deux ou trois ans ?

Une question subsistera alors. Les règles internationales et diplomatiques prévoient que sur le territoire national, et la Nouvelle-Calédonie en fait partie, c’est le Président de la République ou le Premier Ministre qui accueille les Chefs d’Etat et de Gouvernement  qui assisteront à cette rencontre.

Alors assistera-t-on à une première dans l’histoire la République Française et de sa diplomatie en particulier?  La Nouvelle-Calédonie, organisatrice et force invitante, présidera le FORUM avec comme « invitée », la France qui n’est pas membre de l’organisation.

Commenter cet article