Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

« Ne te demande pas ce que le pays peut t’apporter. Demande-toi plutôt ce que tu peux apporter à ton pays. »

Publié le 13 Septembre 2009 par Loueckhote Simon in Réflexions sur la Nouvelle-Calédonie

L'insularité ne peut plus être la simple explication du retard en matière de développement des Îles Loyauté.
En 1989, année de mise en place des Provinces, celle des Îles avait un budget de 9 milliards de francs. 20 ans après, il est passé à 18 milliards. On peut constater que l'évolution de son budget est inversement proportionnelle à celle de sa population. Le budget a doublé, la population a stagné voire diminué. L'Etat, la Nouvelle-Calédonie, les Provinces et certaines Communes ont pourtant consacré d'énormes moyens pour combattre l'insularité.
Le développement des transports: maritimes d'abord, avec le Ferry Yéïwéné, les Bético 1 puis 2, prochainement le Iénéïce, puis aériens avec AIR ALIZE, dotée de 2 Twin Otter et 2 autres avions de 9 places enfin AIR CAL avec 3 ATR 72, 1 ATR 42 et 1 Dornier de 19 places. Il faut y ajouter tous les autres moyens de transports privés, le Havana, les Laura 1 et 2 ou encore les hélicoptères d'Hélicocéan, qui se sont développés ces dernières années.
L'Etat et les collectivités calédoniennes ont aussi beaucoup investi dans les télécommunications pour ouvrir davantage les îles à l'extérieur. Je ne rappellerai ici que la connexion de la fibre optique à la Grande-Terre et le développement du réseau GSM, l'ensemble des Îles Loyauté étant aujourd'hui couvert par le téléphone filaire à quasiment 100%. Le développement de la télévision avec les bouquets satellites, le développement des radios, certes à améliorer, participent aussi de l'indispensable ouverture des îles au monde extérieur.

Dès lors, l'insularité ne peut plus à elle seule justifier les retards et les problèmes en tout genre de la Province des Îles.

Et si la solution venait des gens des îles eux-mêmes.

Commenter cet article