Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

La SLN a-t-elle un vrai projet pour le Nord ?

Publié le 23 Octobre 2006 par loueckhote simon in Economie - Fiscalité

Présente en Nouvelle-Calédonie, depuis 120 ans, l’activité de la SLN a suscité une vraie dynamique de développement durable au sein de notre archipel. La société a vu grandir plus d’un Calédonien. Elle a laissé son empreinte dans le paysage de notre archipel et aux portes de Nouméa.
 
Plus que toute autre entreprise, la SLN occupe quasiment la place d’une institution, en Nouvelle-Calédonie.
 
Mais depuis de nombreuses années, les relations entre la société et les Calédoniens ont été complexes. La SLN a été accusée d’exploiter les richesses du « caillou » et de ne s’intéresser que très marginalement au rééquilibrage. Bref, pour beaucoup, elle est présente en Nouvelle-Calédonie pour asseoir sa prospérité, comme si les bénéfices qu’elle tire de l’activité de transformation du minerai de Nickel ne sont pas accompagnés d’une redistribution de richesses et d’un effort d’investissement conséquent dont profitent toutes les forces vives de la Nouvelle-Calédonie.
 
La SLN peut-elle aujourd’hui améliorer son image auprès des Calédoniens ?
 
Son dernier projet de doubler sa capacité de production, soit 75 000 tonnes de Nickel, ne peut laisser indifférent. Pour ce faire, la société va devoir investir plus de 45 Milliards de FCFP (380 millions d’Euros). Elle vient de terminer la modernisation de ses installations sur son site de production de Tiébaghi. Or, précisément, le montant de cet investissement participe au rééquilibrage. Ce sont des centaines d’emplois qui sont créés dans le Nord. C’est la seule société privée à en créer autant, en Province Nord. 
 
Par ailleurs, les incertitudes qui planent sur le projet d’usine du Nord remettent la SLN au premier plan, en position de sauveur. On en parle de plus en plus sur le « caillou ». Son engagement, dans ce projet, est de plus en plus souhaité. Elle est elle-même très intéressée, ne serait-ce que pour récupérer son inestimable massif minier du Koniambo.
 
Elle doit, cependant, présenter un vrai projet. Car, et c’est là où demeure une incertitude, elle n’a toujours pas clairement dit si elle fera une usine de la taille de celle que les Canadiens avaient promis de réaliser.
 
Le Président d’ERAMET, la maison mère dont la SLN est le fleuron, a récemment rappelé l’intérêt que son groupe porte au projet de construction d’une usine dans le Nord et sa volonté de se substituer à l’opérateur défaillant. Mais cette annonce ne suffit pas.
 
Le mauvais procès qui est fait à la SLN, relève plus de l’incompréhension. C’est dire le chemin à parcourir et les efforts qu’il reste à faire pour que la société retrouve toute sa place dans le cœur des Calédoniens.

Commenter cet article