le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Jacques Lafleur : « Il faut prendre le temps de rediscuter du corps électoral »

Publié le 18 Décembre 2006 par Loueckhote Simon in Politique

Le député Jacques Lafleur s'exprimera dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, mercredi, lors de l'examen du projet de réforme du corps électoral. Il estime que la question n'a pas été suffisamment discutée en Nouvelle-Calédonie.

Les Nouvelles calédoniennes : Le projet de loi sur le gel du corps électoral devrait être adopté par une majorité composite. Quelle est votre réaction ?
Jacques Lafleur : Ce texte vient beaucoup trop tôt. Pour tout ce qui touche à la définition de la société politique calédonienne, il faut maintenir le dialogue. Lors de la réunion qui a eu lieu le jour de mon départ de Nouméa, tout le monde s'est insulté. Ce n'est pas cela qu'il faut à la Nouvelle-Calédonie. Les progrès que l'on a réalisés se sont faits par le dialogue. Ces temps derniers, le gouvernement n'a pas appliqué cette pratique qui avait pourtant fait ses preuves. C'est comme ça que Jean-Marie Tjibaou et moi avons pourtant ramené la paix.

LNC : Le gouvernement n'aurait donc pas assez consulté les partenaires de l'Accord de Nouméa ?
J. L. : Le projet de loi sur le corps électoral est très important. Il mérite que l'on prenne le temps d'en discuter. Le gouvernement devrait le retarder. Il faut discuter mais c'est la faiblesse de François Baroin, qui a peur de prendre l'avion et qu'on ne voit jamais, et celle de Mme Girardin, qui était active mais qui ne discutait pas.

LNC : Nicolas Sarkozy se serait accroché avec Dominique de Villepin sur le sujet du corps électoral...
J. L. : Il faut éviter que cela ait des répercussions sur les présidentielles. Pour le moment j'estime que le débat n'a pas eu lieu. Simon Loueckhote et moi nous occupons du dossier. Ma voix est écoutée au Parlement au moins autant que celle de Pierre Frogier, sinon plus. Les députés ont fait valoir leur point de vue en commission. Encore une fois, je souhaite que l'on en discute.

Source : les Nouvelles-Calédoniennes / Politique
Article du 12.12.2006

Commenter cet article