le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Simon Loueckhote demande une réforme profonde de l’Outre-mer

Publié le 1 Octobre 2007 par Loueckhote Simon in Politique

Le sénateur Simon Loueckhote effectue actuellement en Métropole une tournée des pouvoirs exécutif et législatif. Mardi, il a été reçu par Yves Dassonville, le directeur de cabinet du secrétaire d’État à l’Outre-Mer. Le représentant calédonien a souhaité « que la réforme en profondeur des structures de la France concerne aussi l’Outre-Mer, car chaque collectivité en a besoin pour asseoir son développement et son intégration dans la région où elle se situe ». Il estime que « la volonté existe », tout en se demandant si le gouvernement aura les moyens d’aller très loin dans les réformes. Mais, dit-il, « le moment est peut-être propice pour cela », et notamment pour la Nouvelle-Calédonie où, le sénateur s’en dit convaincu, il y a « des réformes structurelles à engager ».
Réforme des pensions
Y compris sur les majorations de pensions des retraités de la fonction publique d’État mais pas sans réflexion approfondie. « J’ai demandé de profiter de la volonté exprimée, tant par le Parlement que par le gouvernement, de remettre en cause les indemnités temporaires de retraite pour procéder à une profonde réforme, plus globale », explique le sénateur. Pour lui, « toute une série de questions sont liées et il faut les aborder afin que les bénéficiaires actuels ne perdent pas leur pouvoir d’achat. Il faut baisser le coût de la vie, discuter avec les importateurs, etc. » Il a donc réitéré sa demande d’un accord de Nouméa social. Le président de l’Intergroupe des parlementaires d’outre-mer insiste : « Le sujet est devenu imparable. Nous sommes partis tout droit pour réformer le dispositif. » Il ajoute que « le gouvernement devrait faire des propositions dans le même sens que celles des sénateurs ». Ils sont aujourd’hui 42 sénateurs à avoir signé une proposition de loi visant à mettre fin à l’indexation des retraités d’État. « Je suis persuadé que le Parlement va prendre ses responsabilités dans le cadre de la loi de finances pour 2008 », explique
Simon Loueckhote qui met en garde contre « les risques potentiels qu’engendrerait une réforme non réfléchie, non maîtrisée et non discutée ». Lors de ses rencontres, Simon Loueckhote s’entretient également de l’éventuelle tenue d’un comité des signataires. Le secrétaire d’État à l’Outre-Mer a réitéré la semaine dernière sa volonté d’en organiser un avant la fin de l’année. Le sénateur en a eu confirmation à l’Élysée : « Il y aura un comité des signataires avant la fin de l’année. Le conseiller outre-mer de Nicolas Sarkozy me l’a confirmé lundi. » Le sénateur s’est aussi entretenu ces derniers jours avec la ministre de l’Outre-Mer, Michèle Alliot-Marie, et le président du groupe UMP au Sénat, Josselin de Rohan. Il verra prochainement Olivier Magnaval, le conseiller Outre-Mer du Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, et le président du Sénat, Christian Poncelet.
David Martin, à Paris
••••••••••••••••••••••••••••••••
La proposition de loi
La proposition de loi déposée au Sénat vise à empêcher l’entrée de nouveaux bénéficiaires dans le système à compter du 1er janvier 2008, et à ramener à 35 % le montant de la majoration de retraite pour les personnes qui ne sont pas nées dans les collectivités d’outre-mer ou pour celles qui n’ont pas été en poste pendant les cinq années précédant la liquidation de leur pension. Les sénateurs veulent aussi que les agents cessant de résider dans ces territoires, ou s’absentant de ceux-ci plus de quatre-vingts jours par an, perdent définitivement le bénéfice de l’indemnité temporaire.
 Les Nouvelles Calédoniennes / article du 28.09.2007
Commenter cet article