Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

130 ans après…

Publié le 18 Décembre 2007 par Loueckhote Simon in Politique

                           
 
        Samedi 15 décembre 2007, le bâtiment flambant neuf de la Mairie de La Foa est inauguré en grande pompe par le Maire et son Conseil municipal au complet devant un millier d’invités parmi lesquels, les plus hautes autorités de la Nouvelle-Calédonie (politiques, administratives, religieuses, consulaires, économiques …).
 
        Au-delà du cérémonial que peut représenter un tel événement, avec tout le faste qui y est lié, cette date est malheureusement passée inaperçue des différentes personnalités qui ont pris la parole, à cette occasion.
 
        Le Maire de la Commune de La Foa, le représentant du Maire de la Ville de TSURUOKA, ville japonaise jumelée à la commune de La Foa, le Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, le Président du Gouvernement mais également le Président de la Province Nord et les Maires des autres Communes présents, ni même le Président de l’Aire Coutumière de XARACÜÜ n’ont eu la présence d’esprit de rappeler cet épisode de l’histoire de notre pays.
 
        Pourtant, il y a 130 ans, le Grand Chef ATAÏ, prit la tête d’une révolte sanglante dans cette région, au cours de laquelle il perdit la vie, pour protester contre le traitement qui était réservé aux Kanak et contre la spoliation de leurs terres par les colons, soutenus par l’armée coloniale.
 
        Quelle meilleure image de la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui que celle des descendants des acteurs de la première révolte Kanak et des descendants des premiers colons qui sont à l’origine de ce soulèvement, réunis pour célébrer l’inauguration de la Mairie de La Foa ? Un bâtiment symbole de la République Française, celle-là même qui fut jadis contestée et sur le fronton duquel est frappée la devise de la République, chère à tant d’hommes et de femmes sur cette terre, LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE.
 
       Quel chemin parcouru, que de sang et de larmes versés, que de progrès réalisés, pour en arriver là !
 
       1783, 1878, 1914, 1918, 1939, 1945, 1984 et bien sûr 1988, année de la signature des premiers accords de paix entre Michel ROCARD, Premier Ministre du Gouvernement de la France, Jacques LAFLEUR et Jean-Marie TJIBAOU, ces dates sonnent comme la toutoute et nous rappellent que la Nouvelle-Calédonie ne s’est pas faite en un jour.  
          
       N’oublions pas de rendre hommage à celles et ceux qui ont payé de leur vie pour que nous puissions aujourd’hui vivre dans la paix.
 
        N’oublions pas non plus d’enseigner à nos enfants la devise de la République, qui doit être inscrite sur tous les édifices publics et de leur rappeler le sens profond de ses trois principes.
               
Commenter cet article