Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Simon Loueckhote candidat à la mairie de Nouméa

Publié le 5 Février 2008 par Loueckhote Simon in Politique

Le Sénateur ex-Rassemblement Simon Loueckhote a annoncé, hier, sa candidature
à la mairie de Nouméa. Un poids lourd de plus en lice dans la famille loyaliste.

C’est officiel. Le sénateur Simon Loueckhote a annoncé, hier, publiquement, sa candidature à la mairie de Nouméa en mars. Il l’a fait devant un parterre de 150 à 200 personnes, au nom du RPC, créé il y a un peu moins d’un an avec Jacques Lafleur.
Il y a donc désormais trois candidats de poids dans la famille non-indépendantiste. Celle du maire sortant Jean Lèques, au nom du Rassemblement, celle de Sonia Lagarde, au nom de l’Avenir ensemble, et celle de Simon Loueckhote.
Dans un discours concis, le sénateur a justifié sa démarche en affichant son attachement à la France. D’autre part, sa culture océanienne fait de lui un homme attaché « aux traditions d’accueil, de partage et de solidarité. » « Le refus de l’exclusion est un principe fondateur de notre mouvement », a-t-il martelé, faisant allusion notamment au gel du corps électoral, à la « fracture sociale qui s’amplifie ».
Pour Nouméa, il veut une liste et une équipe « jeune, à l’image d’un pays en devenir » préoccupée d’environnement, de développement durable et de solidarité. Mais au long d’un discours de politique plus générale que municipale, se profile une des raisons essentielles de sa candidature : « Permettre au RPC de prendre pied dans les institutions (...) pour réaliser ensemble notre projet pour la Nouvelle-Calédonie. » Bref, après la scission du Rassemblement et le départ de Jacques Lafleur (qui n’a plus de mandat) et Simon Loueckhote qui reste sénateur de la République et membre du Congrès calédonien, la tendance représentée par le RPC a besoin de s’ancrer d‘abord aux municipales, puis, l’an prochain, aux provinciales, pour ne pas sombrer ou être diluée.
Le RPC veut exister, quitte à coexister. Raison pour laquelle Simon Loueckhote s’est bien gardé d’attaquer quiconque. Peut-être une pique à Jean Lèques en évoquant la nécessité d’une équipe jeune. Peut-être une à l’Avenir ensemble en affirmant que le « saupoudrage de mesures sociales, souvent à des fins électoralistes, n’a pas induit une transformation profonde de la société ». Mais le sénateur l’a répété : il n’est pas là pour s’opposer. Il est là pour faire entendre sa voix. Une voix à tonalité un peu plus sociale et océanienne que celle du Rassemblement, et un peu plus colorée que celle de l’Avenir ensemble. Dans l’assistance, de nombreux Loyaltiens étaient là pour en attester.

Philippe Frédière 

Nouvelles Calédoniennes / Politique - Article du 24.01.2008

 
Commenter cet article