le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Défilé du 14 Juillet 2011 à Paris, Les Outre-Mer à l'honneur, non pas tout à fait ...

Publié le 15 Juillet 2011 par Loueckhote Simon in Sénat

echarpe-copie-3.png

 

Nous avions toutes et tous rendez-vous au Palais du Luxembourg pour un départ groupé avec le Bureau de Sénat. Les conditions d’accès à la Place de la Concorde sont tellement drastiques pour l’évènement qu’il était plus sage de nous y rendre en convoi.

A 9H00, dans le Bureau du Départ, deux huissiers s’affairent à épingler le baromètre (l’insigne aux armes du Sénat que portent les Sénateurs au revers de leur veste lors de manifestations officielles) et à ajuster les écharpes tricolores des collègues. En plus du Président, des Vice-Présidents et des Secrétaires du Bureau, nous n’étions pas moins de 10 Sénateurs d’Outre-Mer.

10H00, après que le Président du Sénat et le Président de la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des Forces Armées (qui participait pour la dernière fois à cette cérémonie), eurent passé en revue la Garde Républicaine chargée de la protection du Sénat et de rendre les honneurs militaires à chaque fois que le protocole républicain l’impose, les 10 voitures dans lesquelles avaient pris place la délégation, franchissent la lourde porte du 15 de la rue de Vaugirard, destination la Place de Concorde.

Nous étions répartis dans les voitures par deux. C’est ainsi que je partageais le même véhicule que mon collègue Robert LAUFOULU, Sénateur de Wallis et Futuna.

Exceptionnellement, le Président de la République avait convié tous les Parlementaires d’Outre-Mer (Sénateurs et Députés) mais également les Membres du Conseil Economique Social et Environnemental de l’Outre-Mer, les Présidents de Collectivités et d’Assemblées Locales d’Outre-Mer et les Association d’Anciens Combattants d’Outre-Mer. Pour la Nouvelle-Calédonie, Harold MARTIN, Président du Gouvernement, Rock WAMYTAN Président du Congrès et Néko HNEPEUNE, Président de la Province des Îles avaient prolongé leur séjour Métropolitain pour pouvoir y assister. Trois représentants de l’Association des Anciens Combattants de Nouvelle-Calédonie avaient fait le déplacement. En saluant d’autres anciens, je reconnus ces visages très caractéristiques des gens d’Outre-Mer. Oui, la France de tous les Océans était bien représentée.

11H00, sur l’immense écran installé sur notre droite, nous apercevons le « command-car », à bord duquel avaient pris place le Président de République et le chef d’Etat-Major des Armées, qui entame la descente des Champs Elysées, le défilé venait de débuter.

Chacun gagne sa place, après avoir salué Harold MARTIN et Rock WAMYTAN assis deux rangées devant moi. Je prends rapidement une photo de Néko HNEPEUNE, assis dans la rangée avant moi, et je rejoins ma place à côté de Gaston FLOSSE.

Vieux routier de la politique et l’œil averti, il se penche vers moi et me dit : « Nous sommes punis ou quoi ? Pourquoi avons-nous été placés ici alors que tous nos collègues sont au 1° rang, là-bas? »

Nos collègues ainsi que les Députés partageaient le 1° rang avec les invités des collectivités d’Outre-Mer.
Je ne m’en étais pas aperçu.

« Oui, nous sommes de mauvais élèves » lui répondis-je. « C’est pour cela que nous sommes au fond de la classe».

Le protocole républicain prévoit que les Parlementaires sont placés avant les élus locaux. Cette entorse est lourde de sens. L’Elysée signait ainsi sa préférence.

Sur notre droite, proche de l’espace présidentiel donc avant nous, avaient pris place le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Outre-Mer, le Conseiller Outre-Mer et le Conseiller Politique du Président de la République. Ils appréciaient sans nul doute comme beaucoup d’entre nous, ce défilé placé sous le signe de l’Outre-Mer, la belle prestation des militaires des GSMA, la Marseillaise entonnée par la chorale des enfants de Guadeloupe mais aussi le « Haka » effectué par l’équipe militaire de rugby composée d’Océaniens.

« Tu es content Néko, tu es bien placé ? ». Cette voix qui fuse de notre droite est celle du Conseiller Outre-Mer du Président de la République. Il voulait s’assurer que le Président de la Province des Îles, qui n’est installé qu’au 2° rang donc derrière Rock WAMYTAN et Harold MARTIN, n’en ferait pas cas. A aucun moment, le porte-flingue de SARKO ne s’est inquiété de savoir si avec Gaston FLOSSE, on était bien installé. Il s’en fout. De toute façon content ou pas content, c’est comme ça. Notre sort était lié depuis longtemps.

Un étrange sentiment d’amertume me traversa l’esprit à ce moment-là. Mais la solennité du moment me dissuada de me lever et de quitter les lieux.

Alors que nous exprimions vigoureusement notre mécontentement au Président du Sénat à la fin de la cérémonie, quelques anonymes voisins de tribune, à qui la scène n’avait pas échappée, nous assurèrent de leur totale incompréhension. En effet, notre présence au milieu du public n’était pas passée inaperçue. Nous étions les seuls à porter nos insignes (baromètre et écharpe). « Ce n’est pas très républicain de traiter les Sénateurs, comme ça » me dit l’un d’eux.

De retour au Sénat, devant les collègues offusqués de ce traitement irrévérencieux, le Président nous assura qu’il fera savoir au Président de la République la plus vive protestation de la Haute Assemblée.

Commenter cet article

lorin 29/08/2011 04:55



Monsieur le Sénateur.


Non! votre blog ne me sert pas de "défouloir" (sic)....Je n'en ai pas besoin.


Je ne porte pas d'intérêt particulier à votre personne mais à votre fonction de Sénateu.


Je constate et rappelle quelques faits et propos . Car les citoyens, les 1/2 citoyens et...les politiques élus ou non ont la mémoire courte.C'est tout.


 



Loueckhote Simon 30/08/2011 00:12



Merci alors l'intérêt que vous portez à ma fonction. Bien cordialement.



LORIN 20/07/2011 07:56



Monsieur le Sénateur,


1. Vous avez raison de commenter vos commentaires, c'est plus sûr.


2. Je ne doute pas de la sincérité de l'indignation "officielle" du président du Sénat. Il y a des formules toutes faites pour cela. Merci les traitements de texte.


3. peut-être que M. FROGER ne serait pas réélu député en 2012. Après tous ses changements de parcours il sent le vent de l'histoire??? Il est vrai que Sénateur c'est plus cool et plus sûr, ce
n'est pas le"peuple " qui choisit. Vous êtes bien placé pour le savoir.


4. Il est certain que vous ne serez plus sénateur.Vous connaissez trop la cuisine politique pour feindre l'étonnement et rendre le Président de la République "responsable".Ce sont bien vos
collègues qui vous ont laché.


5. Votre collègue M. FLOSSE, sénateur de la Polynésie française, possède parmi de nombreuses qualités celle de s'être attaché la reconnaisance indéfectible de l'ancien Président de la République,
M. CHIRAC. Ainsi que l'assurance de la solidarité de ses collègues du Sénat pour éviter de trop graves ennuis. Parmi diverses raisons, peut-être celle de savoir naviguer habilement sans hésiter à
soutenir M. Oscar TEMARUU dont, officiellement, il ne partage pas ( à PARIS au moins) les options politiques.


6.On n'a pas trop entendu votre indignation ou seulement votre avis sur l'adoption par tous vos amis politiques du drapeau d'un parti politique ( celui du FLNKS) comme devant être hissé à égalité
avec le drapeau national.


7. Sauf erreur l'actuel Président de la République française s'appelle Nicolas SARKOZY ( avec un "Z").!!!!!!Accessoirement les essais nucléaires ayant commencé dans le Pacifique en 1966 M.
SARKOZY qui est né en 1955 n'était pas encore en âge de déjà s'y intéresser ni concerné par ce que vous appelez sa "traversée du désert" . Pourquoi reprocher la "rondeur des visages " qui "trahit
leur jeunesse"???Il paraitque vous fûtes le plus jeune Sénateur ???


8. Difficile de comprendre comment ( et pourquoi?) vous conservez estime et amitié pour la quasi totalité de vos collègue parlementaires ( députés et sénateurs) qui vous ont laissé seul en rase
campagne lors du classement de citoyens Français comme sous-citoyens en Nouvelle Calédonie ( c'était paraît-il une "promesse de Jacques CHIRAC qu'il tenait à respecter". Sans doute la seule....)
et je me souviens avoir noté alors que M.RAFFARIN, un de vos bons collègues et peut-être toujours ami, n'avait pas hésité à déclaré que c'était : "l'HONNEUR DE LA FRANCE" ( de priver certains de
ses citoyens du droit de vote). Je tiens le jour et la date de ces propos à votre disposition. Avez-vous proposé que ces sous-citoyens devenus partiellement "étrangers" puisse participer à
l'élection d'un des "représentant des Francais à l'étranger"????


Bof tout ceci n'est pas bien grave ni important.


Je vous souhaite beaucoup de déplacements agréables  liés à vos fonctions dans de nombreux comités dont l'intérêt réel est sujet à cauion et les résultats difficiles à appécier ou à évaluer.


Veuillez agréer, Monsieur le Sénateur, l'expression de ma très haute considération.



Loueckhote Simon 08/08/2011 06:01



Je vous remercie pour ce commentaire et l'intérêt que vous me portez ainsi (sic). Ce blog vous sert de défouloir et je m'en réjouis.



simon loueckhote 15/07/2011 16:39



Que serait devenue la dissuasion nucléaire et l'indépendance de la France si chères au Général de GAULLE, si la Polynésie Française n'avait pas existé?La France maîtriserait-elle aussi bien
l'arme nucléaire si Jacques CHIRAC n'avait pas décidé la reprise des essais nucléaires? Qu'en eut-il été si Gaston FLOSSE, ami personnel du Président de la République n'avait été Président de la
Polynésie Française à ce moment là? Quelle place occuperait la France dans le concert des Nations si elle n'était membre du Conseil de sécurité de l'ONU? Est-ce que nos Armées auraient pu
fièrement défilé comme elles l'ont fait hier sans disposer de l'Arme atomique?
Je connais le rôle que Gaston FLOSSE a joué dans le Pacifique auprès des Pays de la région alors que l'Australie et la Nouvelle-Zélande en tête, menaient la fronde contre la France. De tout cela,
il ne reste rien. A croire, que Gaston FLOSSE, n'a jamais existé. C'est vrai que SARKOSY faisait sa traversée du désert alors que les essais se passaient dans le Pacifique et non plus dans le
Sahara, alors il ne s'en souvient pas. Encore plus excusable sa cour dont la rondeur des visages nullement marqué par les rides de l'âge, trahit leur jeunesse. Ils usaient encore leur culotte sur
les bancs de l'école.



simon loueckhote 15/07/2011 15:45



Ce que j'ai vécu, ce Jeudi 14 Juillet 2011 m'a fait beaucoup de peine. Cette humiliation s'ajoute à la décision de la Commission d'investiture de l'UMP prise quelques semaines plus tôt. Celle-ci
avait investi Pierre FROGIER, Député de la 2° circonscription qui craint de ne pas être réélu l'année prochaine et Hilarion VENDEGOU, Maire et Conseiller de l'Assemblée de la Province Sud et par
ailleurs Grand Chef de l'Île des Pins. J'avais immédiatement réagi en claquant la porte à l'UMP. J'informais même le Président de notre groupe du Sénat que je me présenterais néanmoins
et qu'en cas de réélection il ne fallait pas compter sur moi pour apporter ma voix au candidat de l'UMP lors du renouvellement du Président du Sénat, le 1° Octobre prochain. J'étais dans le même
état d'esprit à l'issue du défilé. Cependant, je sais que ni le Président du Sénat ni le Président de la Commission d'investiture de l'UMP ne sont responsables ni de mon éviction ni de
l'organisation du défilé. Le "Château" surnom de l'Elysée porte seul cette entière responsabilité.