Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Enfin, un peu de sérénité au Boulevard Vauban ...

Publié le 1 Septembre 2011 par Loueckhote Simon in Politique

Le Congrès de la Nouvelle-Calédonie s’est réuni hier Jeudi 1 Septembre sur un ordre du jour particulièrement chargé. Au menu entre autres textes :


  • Budget Supplémentaire 2011
  • la baisse du droit proportionnel d’enregistrement pour le régime primo-accédant
  • la réforme globale de la fiscalité
  • la création d’une commission spéciale pour l’élaboration et le suivi d’accords économiques et sociaux
  • une résolution sollicitant le concours en Nouvelle-Calédonie de l’Autorité de la Concurrence

La Nouvelle-Calédonie a changé

Avec un PIB par tête d’habitant, qui la place juste derrière l’Australie et devant la Nouvelle-Zélande, la Polynésie Française et tous les autres petits Etats du Pacifique, la Nouvelle-Calédonie s’inscrit résolument dans la catégorie des pays développés.

La Nouvelle-Calédonie a changé car son environnement a changé. Elle partage avec l’Etat une compétence de souveraineté, les Affaires Etrangères. Elle peut en effet s’émanciper de la diplomatie française dans cette partie du monde. Ainsi mieux intégrée dans la Région, elle est en passe de devenir membre à part entière du Forum des Îles du Pacifique.

La Nouvelle-Calédonie a changé car sa relation avec la France a changé. Bénéficiant d’un statut de très large autonomie, elle se voie transférer l’exercice de compétences traditionnellement assurées par l’Etat.

La Nouvelle-Calédonie a changé car la France a changé. La situation économique et financière de la France ne lui permet plus d’être aussi généreuse qu’elle ne le fut. Les aides à destination de l’Outre-Mer et notamment à la Nouvelle-Calédonie vont aller en diminuant. Le Chef de l’Etat ne cesse d’ailleurs d’appeler les ultramarins à prendre leur destin en main.

La Nouvelle-Calédonie connaît un développement sans précédent depuis les 20 dernières années. Les Accords de Matignon-Oudinot puis l’Accord de Nouméa ont été les moteurs de ces changements. Les différentes Lois de défiscalisation et de développement votées par le Parlement et plus généralement  le soutien de l’Etat ont été le carburant de cette croissance. 

Mais la Nouvelle-Calédonie n’échappe pas aux maux de ce millénaire. Paradoxalement, et malgré sa bonne santé économique son avenir est fragilisé par le développement de la précarité, de l’oisiveté de sa jeunesse, du développement de l’habitat insalubre, des incivilités, de la cherté de la vie, du transfert des populations des Provinces Nord et Îles vers le Sud et plus particulièrement vers Nouméa et les Communes de l’agglo, en un mot de la répartition de la richesse produite.

Les textes qui ont retenu mon attention lors de cette séance vont permettre à la Nouvelle-Calédonie de se doter d’outils performants et à même de faire face à aux grands enjeux des prochaines décennies.

C’est ainsi qu’avec Pascale DONIGUIAN, nous avons voté favorablement la délibération relative à la réforme de la fiscalité tout en regrettant que le Congrès se soit enfermé dans un texte qui encadre les secteurs de la fiscalité à réformer. Alors que la fiscalité de la Nouvelle-Calédonie a besoin d’un toilettage complet. En effet, notre fiscalité a aussi besoin de se moderniser.

Nous avons aussi voté la délibération relative à la baisse du droit proportionnel d’enregistrement pour le régime primo-accédant.

De même, nous nous sommes prononcés favorablement en faveur de la création d’une commission spéciale pour l’élaboration et le suivi d’accords économiques et sociaux. A ce titre, nous avions cosigné une proposition de délibération avec le groupe Calédonie Ensemble et l’Union pour un Destin Commun qui a inspiré cette délibération du Gouvernement. C’est à la demande de l’Intersyndicale contre « la Vie chère » que ce texte voit le jour.

Il en est de même pour la résolution sollicitant le concours de l’Autorité de la concurrence. Cependant, j’ai souhaité que la Nouvelle-Calédonie crée sa propre Autorité de la concurrence. J’ai indiqué que même si le Président de la République a récemment apporté son soutien à cette initiative, je doute beaucoup de la possibilité pour le Gouvernement à Paris d’imposer à cette institution « indépendante » une mission au service de la Nouvelle-Calédonie. De plus, l’efficacité d’une telle autorité réside dans sa présence effective au chevet de l’économie calédonienne. Or, je crains que la présence de  l’Autorité ne soit qu’épisodique.

Enfin nous avons voté le Budget Supplémentaire 2011 de la Nouvelle-Calédonie qui s’élève à 38,5 Milliards. Cependant, j’ai eu à regretter le manque d’intérêt pour le secteur de la Fonction Publique. En effet, comme en 2009, aucun Membre du Gouvernement ne souhaite s’en occuper. Cette situation a de lourdes conséquences. Ainsi des concours dans la Fonction Publique ne peuvent être organisés pénalisant les établissements et les collectivités en attente de recrutement d’enseignants ou de personnels soignants. Les crédits de 40 Millions nécessaires au chantier de Rénovation de la Fonction Publique que j’avais engagé lorsque je m’en occupais au Gouvernement, ont tout simplement été réduits à 10 Millions.

 

Commenter cet article