Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Fidji-armée-ONU-déploiement-Golan-Israël-Syrie : Casques bleus fidjiens pour le Golan : cérémonies et larmes pour le premier contingent

Publié le 28 Juin 2013 par Loueckhote Simon in Politique



f0_130626064332.jpgf0_130626064428-copie-1.jpgf0_130626064449-copie-1.jpg
SUVA, mercredi 26 juin 2013 (Flash d’Océanie) 

La capitale fidjienne Suva s’est figée, mardi, le temps d’une cérémonie officielle et d’une parade militaire organisées en grande pompe en l’honneur des 182 soldats en partance pour leur premier déploiement au sein de la Force des Nations Unies chargée d'observer le désengagement des forces israéliennes et syriennes des hauteurs du Golan (FNUOD).
Ce premier contingent devait quitter l’archipel mercredi à bord d’un avion spécial affrété par l’ONU, dans le cadre d’un effort consenti par cet État insulaire, en réponse à une demande expresse de l’ONU pour combler les retraits d’autres pays du Golan.
Fidji a promis ces derniers jours jusqu’à 540 soldats en plusieurs rotations.
Le Général de corps d’armée Babacar Gaye, conseiller militaire au siège de l’ONU, a déclaré en milieu de semaine dernière « apprécier » à sa juste valeur la contribution du gouvernement fidjien à la FNUOD, sur fond de retrait des forces de Croatie et du Japon.
Mardi, sur un grand parc de la capitale Suva, les cérémonies de départ, suivies d’une défilé de ce premier contingent dans la tue principale de la ville, ont réuni plusieurs milliers de personnes, ainsi que les plus hautes autorités de Fidji, parmi lesquelles le Président Ratu Eeli Nailatikau (lui-même ancien commandant en chef des forces armées et ancien commandant d’un contingent fidjien de la FINUL, au Liban) et du Contre-amiral Premier ministre Franck Bainimarama.
Ce dernier, prenant la parole lors de ces cérémonies, a souligné que cette mission onusienne, qui intervient sur fond de troubles à la frontière israélo-syrienne, serait probablement « plus dangereuses que les autres » auxquelles les soldats fidjiens ont participé sous les casques bleus depuis les années 1970.
« Mais je serai clair : notre troupes sont préparées pour cette mission (…) Répondre à un appel en vue de rétablir la paix pour la protection d’hommes, de femmes et d’enfants innocents est la tache la plus honorable dont puisse s’acquitter un soldat », a-t-il ajouté mardi soir lors d’un discours télévisé à la nation.
Renchérissant, le Président fidjien a lui aussi rappelé que les déploiements des forces fidjiennes au Moyen Orient ne dataient pas d’hier et que les soldats fidjiens, au fil du temps, « ont gagné le respect de ceux qui les ont entourés ».
« Je suis persuadé qu’au cours de cette mission, il en sera de même », a-t-il déclaré aux soldats, entourés de leurs familles et proches, dont beaucoup étaient en larmes.
Le Lieutenant Colonel Sitiveni Qiliho commande ce premier contingent.
Les rotations sont prévues sur la base d’une année.

Le gouvernement fidjien a entériné vendredi 14 juin 2013 une résolution visant à répondre positivement à une demande des Nations-Unies pour déployer un contingent de soldats pour suppléer aux force onusiennes dans le Golan, qui y surveillent depuis 1974 une zone-tampon située entre la Syrie et les zones occupées par Israël, dans le Golan.
Ce renfort fidjien intervient alors que l’Autriche retire de cette zone ses troupes (377 personnes) servant sous le drapeau des forces onusiennes, dont le contingent total représente environ un millier de personnes.
D’autres pays contributeurs, comme la Croatie et le Japon, ont aussi récemment retiré leurs troupes de cette FNUOD, Force des Nations Unies chargée depuis 1974 d'observer le désengagement des forces israéliennes et syriennes des hauteurs du Golan.
http://www.un.org/fr/peacekeeping/missions/undof/
Dans cette zone, début juin 2013, deux membres de cette FNUOD ont été blessés à la suite de combats « intenses » dans cette zone de séparation, suscitant une vive condamnation du Conseil de Sécurité de l’ONU et faisant aussi craindre un débordement transfrontalier de la situation en Syrie.
Les forces fidjiennes, au cours des 35 dernières années, ont contribué à de nombreuses forces de maintien de la paix de l’ONU à travers le monde, y compris au Liban (la FINUL, entre 1978 et 2002, par où sont passés une quinzaine de milliers de soldats fidjiens au cours de ces 25 années), mais aussi en Irak, en Bosnie, au Kosovo, au Timor oriental, à Bougainville (Papouasie-Nouvelle-Guinée) ainsi qu’en plusieurs points du continent africain (dont le Mont Sinaï, à la frontière israélo-égyptienne ou encore la Rhodésie).
Ils y ont acquis une excellente réputation aux yeux de la communauté militaire internationale.

pad

Commenter cet article

Ella 29/08/2014 08:28

C'est avec tristesse d'apprendre que 43 d'entre eux sont pris en otage par l'IE.