le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Fidji-France-investissements-énergie-carburants-TOTAL-Pacifique-business

Publié le 5 Novembre 2012 par Loueckhote Simon in Economie - Fiscalité


f0_121104035733-copie-4.jpgPHOTO : La Nouvelle station TOTAL « Bonjour » à Suva (99 Kb)

SUVA, dimanche 4 novembre 2012 (Flash d’Océanie) – Le groupe français TOTAL a étendu, mi-octobre 2012, son réseau de stations services Bonjour » aux îles Fidji, avec l’ouverture d’une nouvelle de ces stations-concept dans la capitale Suva.
Cette inauguration porte à 24 le nombre de stations TOTAL dans cet archipel.
Le Colonel Timoci Natuva, ministre des travaux publics et des transports, en procédant à l’inauguration le 19 octobre 2012, a voulu voir dans cette ouverture le symbole de la confiance des investisseurs dans l’économie fidjienne.
Les stations « Bonjour » intègrent le concept de station service et de service clientèle avec magasins connexes.
TOTAL a racheté le réseau de Shell à Fidji et dans plusieurs pays voisins du Pacifique en novembre 2006.
TOTAL est par ailleurs récemment entré sur le marché de la prospection en Papouasie6Nouvelle-Guinée en s’associant avec le groupe papou Oil Search pour la prospection et l’éventuelle exploitation de gisements de gaz naturel liquéfié.
La branche fidjienne de Total est depuis peu (juillet 2012) dirigée par un nouveau directeur général, Sylvain Quemeneur.
Ce dernier, à l’occasion de l’inauguration de cette nouvelle station, a assuré les autorités locales de la volonté de son groupe de continuer à investir à Fidji et d’étendre le réseau, en se basant sur le potentiel du marché de cet archipel et le rôle de « hub » (point focal) de l’archipel pour les plus petits pays de la région.
Dans le Pacifique, outre Fidji (où la société possède une part du marché d’environ quarante pour cent), le réseau TOTAL couvre les pays et territoires suivants : Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Polynésie française, Tonga, Tuvalu, les deux Samoa (occidentales et américaines) et les États Fédérés de Micronésie, pour un total d’environ 250 employés.
La société possède aussi sept terminaux-dépôt de carburants à Fidji et à Tonga.

Mi-octobre 2012, le gouvernement français, via son ambassade à Suva (Fidji), évoquait la possibilité de développer ses échanges commerciaux et économiques avec Fidji.
Évoquant récemment la balance commerciale entre les deux pays lors d’une interview à la presse locale, le Premier secrétaire de l’ambassade de France à Suva, Jules Irrmann, a notamment rappelé que la France importait annuellement pour environ 340.000 euros en biens fidjiens, alors qu’elle exporte, dans l’autre sens, pour environ 3 millions d’euros en biens vers Fidji.
Les produits fidjiens les plus présents sur le marché français sont, en vrac, des conserves (principalement de thon), la célèbre eau minérale Fiji Water (largement distribuée dans les magasins français), ou encore du poisson.
Côté français, les exportations vers Fidji concernent pour une large part des machines-outils (environ 1 million d’euros), ou encore des produits de luxe (cosmétiques, parfums, 500.000 euro environ)

Le diplomate français estime par ailleurs qu’il existe encore des perspectives de développement de niche des exportations françaises en direction de Fidji, pour des produits agro-alimentaires de spécialité comme le fromage, la viande ou l’épicerie fine, autant de produits encore sous-représentés sur le marché fidjien ou alors distribués à des prix prohibitifs.
Autre secteur potentiellement porteur : le tourisme qui, dans les deux pays, représente une part importante de l’économie nationale, ou encore le secteur agricole avec des possibilités de coopération et d’échange à venir de savoir-faire.
Dans le secteur hôtelier, des groupes comme Accor, Sofitel ou Novotel sont déjà présents à Fidji.

pad

Commenter cet article