Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

L'ouverture des jeux du Pacifique Sud comme retentissement politique majeur

Publié le 4 Février 2010 par Loueckhote Simon in Réflexions sur la Nouvelle-Calédonie

En début de semaine sur le site communautaire « Facebook », je lançais aux lecteurs la réflexion suivante:

 

Classer par priorité de retentissement politique les évènements suivants :

 

- le comité des signataires de l'Accord de Nouméa

- l'ouverture des jeux du Pacifique sud

- l'arrêt de la ligne Séoul Nouméa

- l'inauguration du Médipole de Koutio

- l'inauguration de l'usine du Nord.


Je classerai "l'Ouverture des Jeux du Pacifique " en 1

Cet évènement aura un retentissement régional voire international. Quasiment tous les chefs d'Etats et Chefs de Gouvernement des Pays de la Région Pacifique seront présents en Nouvelle-Calédonie. Il n'est d'ailleurs pas impossible que N.SARKOZY, Président de la République Française ou François FILLON, Premier Ministre, soient en personne, les hôtes de toutes ces personnalités sur cette terre, partie du territoire national. La France devrait par conséquent, classer cette manifestation, comme "hautement sensible". Il en va de son image. Les plus hautes autorités françaises mais également calédoniennes devront y apporter une attention particulière. En plus de ce grand rendez-vous sportif des athlètes du Pacifique et à travers eux, des peuples du Pacifique, c'est la France qui sera jugée.

N'oublions jamais, qu'avec les "Accords de Matignon" puis l'"Accord de Nouméa", la France a retrouvé ses lettres de noblesse perdue avec, notamment, les essais nucléaires. Que ces deux Accords ont été cités comme exemple dans beaucoup de pays rongés par les conflits et à la recherche de stabilité.
Nous ne pourrons pas nous exposer à une crise politique intérieure qui nuira à l'image de la Nouvelle-Calédonie et de la France.

Du parcours de "la flamme des Jeux" à travers le pays, à "la Cérémonie de clôture" en passant par "la Cérémonie d'ouverture", rien, absolument rien ne devra souffrir d'un quelconque malaise de nature politique. Souvenons-nous des Jeux du Pacifique de 1986, qui s'étaient déroulés sous très hautes protections. Le bruit des grenades lacrymogènes des gendarmes mobiles et des policiers qui transperçaient les hymnes nationaux au moment de la levée des couleurs pendant la cérémonie d'ouverture sous le regard appeuré et pleurant des spectateurs, des rares représentants de Gouvernement de la Région, des autorités locales et de l'Etat, au premier rang desquels, Bernard PONS, Ministre de l'Outre-Mer venu représenté le Gouvernement de la France.

Nous savons bien, les humains sont attachés à des symboles. La Communauté calédonienne n'échappe pas à cette règle. Une partie d'entre elle en a même fait un combat politique. Le drapeau, l'hymne, la devise font partie de ses signes qui fondent une partie de notre identité.
Devons-nous prendre le risque d'un parcours chaotique de "la flamme des Jeux du Pacifique", de l'Île des Pins à Belep en passant par les Îles Loyauté, comme celui de "la Flamme Olympique" lors de la traversée de Paris avant les Jeux Olympiques de Pekin?

Ne devons-nous pas régler définitivement la question des signes identitaires et à défaut des trois, auxquels sont viscéralement attachés les indépendantistes, au moins un ou deux qui pourraient obtenir l'assentiment du plus grand nombre?

Je suis quand à moi persuadé que ce pas franchi, c'est une garantie de réussite pour les "Jeux du Pacifique", c'est une chance pour la Nouvelle-Calédonie et un succès pour la France.

Commenter cet article