le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

La Nouvelle-Calédonie n'a aucune leçon à recevoir

Publié le 12 Avril 2012 par Loueckhote Simon in Politique

Dans une communication faite aux Nouvelles Calédoniennes, Victor TUTUGORO, porte-parole du FLNKS pour le Groupe Mélanésien du Fer de Lance (GMLF), annonce la visite prochaine en Nouvelle-Calédonie d’une délégation du GMLF pour évaluer l’avancée de l’Accord de Nouméa.

Cette annonce appelle de notre part une condamnation ferme.

En effet, le Forum du Îles du Pacifique, organisation régionale regroupant toutes les Îles du Pacifique, envoie régulièrement des missions afin de s’assurer du bon déroulement du processus de l’Accord de Nouméa. Un rapport est d’ailleurs fait à la réunion annuelle du Forum. A notre connaissance aucun des rapports n’a relevé de manquement, ni à l’esprit ni à la lettre de l’Accord de Nouméa. En conséquence, aucune observation, ni protestation n’ont été faites par l’organisation régionale sur la mise en œuvre de l’Accord.

Nous nous interrogeons donc sur l’opportunité de cette nouvelle mise en scène d’une organisation qui du reste est moins représentative puisqu’elle ne représente que quelques pays mélanésiens.

Qui sont-ils ?

Ce sont les pays de l’arc mélanésien que les géopoliticiens appellent aussi l’arc d’instabilité. La Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Îles Salomon, les Fidji, le Vanuatu et enfin le FLNKS, au titre du Gouvernement provisoire de Kanaky.

L’instabilité politique et institutionnelle dans l’ensemble de ces pays devrait plutôt les inviter à la retenue. Comment peuvent-ils  venir en Nouvelle-Calédonie s’informer de l’avancée de l’Accord de Nouméa alors qu’ils vivent au rythme de coups d’état, de motion de censure, et de quasi dictature ?

N’ont-ils pas mieux à faire dans leur propre pays pour créer des conditions meilleures pour leurs populations respectives et créer les conditions d’un retour à une bonne gouvernance, sereine et apaisée?

Comment peut-on accepter qu’un homme, arrivé au pouvoir par un coup d’état en 2006, qui a abrogé la Constitution de son pays, bâillonné la presse, interdit l’opposition, supprimé le Grand Conseil des Chefs Coutumiers, interdit les réunions publiques et privé de liberté certains de ses concitoyens, vienne à la tête de cette délégation s’assurer du bon déroulement de l’Accord de Nouméa?

Comment peut-on accepter que le Contre-Amiral, Franck BAÏNIMARAMA, condamné par l’ensemble de la communauté internationale dont la France, peut-il se rendre en Nouvelle-Calédonie, partie intégrante du territoire national français, sans que les exigences de retour à la démocratie dans son pays n’aient été réalisées et sans que la France n’ait été informée et mieux sans qu’elle en dise un mot?

Pourrait-on imaginer le Président Tunisien déchu, BEN ALI, mandaté par une organisation internationale ou régionale, se rendant en Syrie, pour constater les monstruosités de toutes sortes sur les populations et d’en appeler le Président BACHAR EL ASSAD à davantage de retenue ?

C’est du foutage de gueule. Mais de qui se moque-t-on ?

La venue d’une délégation du Groupe Mélanésien du Fer de Lance conduite par le Premier Ministre Fidjien pour veiller à la bonne application de l’Accord de Nouméa serait un vrai déni de démocratie.

 Ce serait une pantalonnade.

Nous demandons officiellement à Victor TUTUGORO, porte-parole du FLNKS auprès de GMFL, d’intervenir auprès de l'organisation régioanle pour que cette visite ne soit pas conduite par le Contre Amiral.

Nous demandons officiellement à Rock WAMYTAN, Président du Congrès, de convoquer le Congrès en Session Extraordinaire pour débattre de la question des relations régionales.

Nous demandons à François FILLON, Premier Ministre et à Alain JUPPE, Ministre des Affaires Etrangères, de tout mettre en œuvre pour que cette visite ne soit dirigée par le Franck BAÏNIMARA et de rappeler à l’intéressé et au GMFL, les règles diplomatiques internationales les plus élémentaires.

La France et donc la Nouvelle-Calédonie ne doivent pas se laisser endormir par ce simulacre d’intégration régionale qui cache mal des ambitions contraires à l’Accord de Nouméa.

 

 

 

 

Commenter cet article