le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Le patriotisme économique en question

Publié le 4 Septembre 2011 par Loueckhote Simon in Economie - Fiscalité

« L’Etat n’abandonnera pas ERAMET » avait lancé Nicolas SARKOZY, lors de sa visite sur le Caillou.

Patrick BUFFET, le Président du fleuron français de l’industrie minière, le Groupe ERAMET, en écho au Chef de l’Etat, a donné corps à ce soutien en revendiquant l’immense réserve latéritique de Prony II au profit de la SLN. Et pour mieux faire passer la pilule, quoi de mieux que d’agiter le chiffon rouge : la fermeture de l’usine de Doniambo dans un délai de 15 ans.

En fin stratège, le PDG sait bien que les Calédoniens et notamment les Nouméens dont le premier d’entre eux, Jean LEQUES, le Maire de la Ville ne peuvent être insensibles à cette idée. Jean LEQUES a multiplié ces derniers temps, des mises en demeure à la SLN pour qu’elle réduise ses émissions de fumée, responsables de la mauvaise qualité de l’air dans la cité.

Il serait d’ailleurs injuste de penser que l’industriel ne s’en préoccupe pas. La réduction des fumées de ses fours fait partie de ses priorités.

Malgré tout, ses efforts ne sont pas toujours couronnés de succès. Et le problème va s’accentuer. En effet, l’industriel, pour pourvoir à ses besoins en énergie, a décidé de construire une centrale à charbon. Pour des raisons économiques, la SLN a fait ce choix. C’est dire que l’exigence légitime d’un environnement sain et d’une qualité de l’air irréprochable dans l’agglomération nouméenne est loin d’être satisfaite.

Alors que la technologie de fusion encore utilisée par la SLN est de plus en plus abandonnée par les aciéristes dans le monde au profit de technologie moins gourmande en énergie et donc plus rentable, l’industriel doit opérer un choix stratégique si il ne veut pas être distancé par ses concurrents de plus en plus ambitieux sur ce marché très porteur.

Car malgré 70 Milliards de lifting sur les dix dernières années pour augmenter sa capacité de production la faisant passer de 30 à 75 000 tonnes de nickel métal, la gloutonne centenaire de Doniambo se sent à l’étroit dans son habit de doyen. Elle a assisté impuissante à l’extraction d’une partie de son patrimoine au profit d’un de ses concurrents. Elle observe maintenant, non sans envie la naissance de ses deux  petites sœurs de presque 5 Milliards de dollars chacune. Elle ne sait que penser de la suractivité de la SMSP, bras armé de la Province Nord qui vient de décider avec son partenaire, le géant aciériste Sud- Coréen POSCO, le doublement de la capacité de production de l’usine dont elle est propriétaire à 51% à Gwangyang.

La SLN espère désormais un geste fort.

Les Présidents de la Province Sud et de la SCTPI ne l’entendent pas de cette oreille. « Le temps où la Nouvelle-Calédonie appartenait à la SLN, est révolu » a répondu le Député au quotidien local. Ajoutant : « Mais aujourd’hui, c’est fini….. » et de conclure : «  Il n’est pas question que ce soient les opérateurs industriels, quels qu’ils soient d’ailleurs, qui nous imposent leurs conditions, sinon, nous allons disparaître, sinon, nous serons définitivement entre les mains de ces grands groupes et ce sera la fin de tous les projets ambitieux que nous pourrons avoir pour la Nouvelle-Calédonie».

Le Président de la STCPI n’est pas moins disert : «  Le débat sur la capital du Groupe Français est complètement ouvert » affirmait-il sur Radio Djiido.

Le patriotisme économique si cher, au Président de la République en ces temps de mondialisation, est-il partagé au pays de l’or vert ?  

Commenter cet article

Eric 04/09/2011 10:41



Simon


 


Que tu as raison dans tes prises de position sur "cette mine" d'or de l'usine de Nouméa, mais les responsables proches du pouvoir SARKOZIEN ont-ils les mêmes intérêts à long terme que la
communauté calédonienne ?


Les proches du Fouquet's ;: Bolloré et compagnie, avec ce que tout le monde connait à Nouméa ont-ils bien compris que la richesse de la Nouvelle Calédonie doit être partagé sur les bases de ce
que le GENERAL DE GAULLE appelait la PARTICIPATION et ainsi les revenus du capital ne serviront pas qu'à remplir les caisses d'une minorité de capitalistes dont le premier but est de faire
flamber les cours de bourse (avec les résultats que l'on a vu cet été) plutôt que d'investir dans l'avenir dans un cadre économique nouveau c'est à dire ECOLOGISTE et DURABLE !


La Nouvelle Calédonie en sortirait grandie, et je pense que Monsieur LEQUES avec ton aide vous serez appelez à la raison les capitalistiques soutiens politiques de ERAMET, et si il le faut nous
sommes près à t'aider pour monter une campagne de communication importante dans les médias nationaux à Paris pour t'aider dans ton combat pour toutes les communautés calédoniennes et en
particulièrement pour préparer l'avenir de TA NATION CALEDONIENNE basée sur le vivre ensemble et le partage des bénéfices !


Amitiés