le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Les lycées du Mont-Dore et de Pouembout, un vrai serpent de mer.

Publié le 11 Décembre 2012 par Loueckhote Simon in Education

Le premier, celui du Mont-Dore aurait du voir le jour, il y 4 ans déjà. Pour des raisons techniques d'abord, foncières principalement, l'Etat n'a pas délégué les crédits pour sa construction. Le Maire de la Commune du Mont-Dore alors  Premier Vice-Président de la Province Sud, las des explications du Vice Recteur avait d’ailleurs demandé publiquement sa tête, le qualifiant d’incompétent.

Les nouveaux députés se sont faits les ardents défenseurs de ces établissements scolaires les inscrivant même parmi leur priorité. Interpellation du Gouvernement à l'Assemblée Nationale puis rencontres avec les  ministres techniques parisiens, rien n'y fait.

Lors de ce Comité et pour la énième fois, le Premier Ministre assure que le Gouvernement tiendra sa parole. Les lycées seront construits, affirmait-il. Mais une expertise sera préalablement réalisée en début d'année prochaine, la énième. Son Ministre des Outre-Mer nous dira plus tard que 9milliards 200 millions de francs, c'est beaucoup d'argent et qu'il y aura certainement un peu de rationalisation à faire et donc des économies à faire. En écoutant le Chef du Gouvernement, il m'a semblé que sur ce sujet en particulier, c'est du réchauffé.

Pour bien comprendre la difficulté qu'à aujourd'hui l'Etat à honorer ses engagements, il suffit de voir les difficultés de beaucoup de ses services à finir l'année. Il devra de nouveau emprunter pour honorer les salaires de ses millions d'agents publics en cette fin d'année. Le récent rapport sur la prison des Baumettes à Marseilles qui fait suite à celui de Nouméa, est un exemple concret de la situation catastrophique dans laquelle se trouve aujourd'hui l'un des partenaires, l'Etat.

Il n'a plus les moyens. Concernant, la Nouvelle-Calédonie différé des investissements moins urgents devient presque une question de survie.

 

Commenter cet article