le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Simon LOUECKHOTE sénateur de la Nouvelle-Calédonie visite les Aravis*

Publié le 11 Mars 2010 par Loueckhote Simon in Presse - Communiqués - Allocutions

BORNAND-2.jpg

Ambiance joyeuse au domicile du maire, Gérard Perrissin-Fabert, qui recevait un grand ami, Simon Loueckhote, sénateur de Nouvelle-Calédonie. Sénateur depuis 1992 puis réélu en 2001, Simon est aussi membre du gouvernement en Nouvelle-Calédonie. Il est « ministre » en charge de la fonction publique, chargé de la simplification administrative et du schéma d’aménagement de la Nouvelle-Calédonie à l’horizon 2025. Et même s’ils assurent les fonctions de ministres, les élus calédoniens, ne sont pas, officiellement ministres.

Simon Loueckhote prend cependant son rôle très au sérieux. Il travaille dur pour structurer l’aménagement de sa région d’ici 2025. Il s’agit de réaliser des routes, de restructurer les communes, de désengorger Nouméa et donc de réaménager le territoire pour un meilleur développement économique.

 

Il crée son parti politique

En 2008, Simon Loueckhote, crée un nouveau parti politique « le mouvement de la diversité » qui représente la diversité de la population de Nouvelle-Calédonie avec Européens, Mélanésiens, Polynésiens, Indonésiens. Instituteur de formation, il entre toutefois assez tôt en politique.

Kanak anti-indépendantiste, élevé dans une famille de tradition gaulliste, c’est un ancien membre du Rassemblement pour la Calédonie, de 1989 à 1995 et de 1998 à 2004. Il est aussi l’un des signataires de l’accord de Nouméa pour le RPCR le 5 mai 1998.

 

Un parlementaire aux multiples fonctions

Simon Loueckhote collectionne les responsabilités. Il est notamment président de la commission d’évaluation des dispositifs de défiscalisation et d’exonération des charges sociales outre-mer, il est aussi chargé du schéma d’aménagement et de développement de la Nouvelle-Calédonie « NC 2025 », président du congrès de la Nouvelle-Calédonie, conseiller municipal d’Ouvéa et de Nouméa, mais aussi membre du comité directeur du fonds d’investisssement pour le développement économique et social des territoires d’outre-mer (FIDES)…

Simon est aussi le reflet d’une grande tolérance et d’une forte humanité à l’image du document DVD « Tjibaou le pardon » qui relate la réconciliation des familles de Djubelly Wea et de Jean-Marie Tjibaou, suite à l’assasinat de ce dernier en 1989.

 

                                                                                    Jean-Pierre Blanchi


* Cet article est paru dans le quotidien, Le Dauphiné Libéré.

Commenter cet article