le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Discours d'ouverture des Assises de la Fonction Publique

Monsieur le Haut-Commissaire de la République,

Monsieur le Député de la Deuxième circonscription, Président de l’Assemblée de la Province Sud,

Monsieur le Député de la Première circonscription,

Monsieur le Député européen,

Monsieur le Président du Congrès,

Monsieur le Président de l’Assemblée de la Province Nord,

Monsieur le Président de l’Assemblée de la Province des Iles Loyauté,

Monsieur le Président du Sénat Coutumier,

Monsieur le Président du Conseil Economique et Social,

Mesdames et Messieurs les membres du Congrès,

Monsieur le Maire de Nouméa,

Mesdames et Messieurs les maires,

Messieurs les représentants des autorités coutumières,

Mesdames et Messieurs les représentants des corps constitués,

Distingués Invités

Mesdames et Messieurs,

 

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter à toutes et à tous au nom du Gouvernement de la Nouvelle Calédonie, une chaleureuse bienvenue.

Je voudrais vous exprimer mes sincères remerciements pour avoir bien voulu accepter d’honorer de votre présence ces Assises de la fonction publique qui sont une première en Nouvelle Calédonie.

Je voudrais ensuite souhaiter un agréable séjour en Nouvelle Calédonie à nos invités extérieurs, de métropole mais également de pays amis qui ont accepté de nous apporter leurs témoignages et d’enrichir notre réflexion par leurs expériences respectives.

Les débats programmés pendant ces trois jours constituent pour nous tous une occasion unique : ceux d’entre vous qui suivent depuis longtemps les enjeux et les problématiques des services publics et de la Fonction publique pourront témoigner que la réflexion n’a jamais été aussi loin.

Ces assises nous offrent l’occasion de marquer une étape importante dans l’évolution de la Fonction publique ; de mettre en œuvre un plan d’ensemble, un schéma directeur, une ambition partagée qui dépassent les réformes du passé, qui se sont trop souvent faites dans le désordre au gré des besoins.

Au bout du chemin, il y a le projet ambitieux d’une nouvelle Fonction publique.

Notre système actuel est devenu opaque et source d’inégalités face

à la multiplication des statuts particuliers, des primes, indemnités et autres avantages statutaires qui diffèrent parfois pour des emplois comparables.

Nous le savons, notre Fonction publique a atteint les limites de son modèle, il nous faut réfléchir, être inventif et regarder ailleurs pour comparer et mieux comprendre.

J’ai le sentiment que la gestion des statuts en masse de façon mécanique ne laisse pas assez la place à l’individu.

Cependant, si nous avons des services publics de qualité, c’est avant tout grâce à des hommes et des femmes dévoués à l’intérêt général.

A tous les agents du service public de la Nouvelle Calédonie, qu’ils soient  fonctionnaires, qu’ils relèvent de la convention collective ou qu’ils soient contractuels, qu’ils exercent leur mission dans une administration de la Nouvelle-Calédonie, d’une Province, d’une Commune ou encore dans un établissement public,  je veux leur témoigner mon respect. Je veux leur dire que je partage leurs valeurs et leur dévouement.

Mais c’est aussi par leur engagement, leur sens du service public et de l’intérêt général, par leur éthique et par leur professionnalisme que notre Fonction publique pourra évoluer.

On attend beaucoup du service public et donc beaucoup des hommes et des femmes qui la composent.

Plus qu’un métier c’est une vocation au service de tous.

 

Il faut préserver cette vocation en améliorant les conditions d’exercice et les parcours de carrière. Chacun doit se sentir utile, respecté, reconnu dans ses compétences.

La Fonction publique est ancrée dans notre histoire et dans nos institutions. Notre rôle c’est de la préserver mais aussi de la rénover.

La rénovation de la Fonction publique, ce n’est pas la réforme, c’est l’adaptation et un message de renouveau pour tous les calédoniens.

Renouveau pour nos services publics, notre Fonction publique qui doivent incarner les valeurs de notre société et relever les défis de demain.

Je la souhaite modernisée, reconnue et placée au cœur de l’évolution de notre pays.

Usagers, agents publics, employeurs, organisations syndicales, experts, élus… chacun pourra s’exprimer pour bâtir ensemble notre fonction publique de demain.

Notre fonction publique est le fruit de l’histoire, il faut la faire évoluer à la lumière des enjeux à venir, pour faire du service public et de ses agents, des acteurs du développement et de la modernisation de notre pays.

Il faut refonder les services publics et la Fonction publique sur leurs valeurs fondamentales.

Celles universelles et traditionnelles, telles que l’égalité, l’intégrité, la neutralité, la laïcité.

 

Mais aussi les valeurs de notre époque, de notre pays, terre de parole, de partage, de développement, de respect et du vivre ensemble.

Toutes ces valeurs reposent sur la confiance que les calédoniens accordent à leurs agents et au service public pour administrer des biens communs aussi précieux que notre cadre de vie, notre environnement, notre santé et l’éducation de nos enfants.

La confiance est au cœur du service public que ce soit du point de vue de l’usager, de l’employeur ou de l’agent.

Nos six ateliers permettront de mettre en lumière les atouts et les faiblesses de notre système et d’exprimer les enjeux  pour notre Fonction publique à travers plusieurs thématiques : l’accès aux emplois publics, les statuts, le dialogue social, la gestion des ressources humaines, la classification des emplois et des rémunérations, les relations politico-administratives et la performance du service public.

La Fonction publique devra s'adapter pour répondre aux enjeux à venir.

De nouveaux défis apparaissent. Certains sont liés à l’aménagement et au développement de notre pays, d’autres aux attentes des agents publics et des usagers pour un service public de proximité et de qualité. Il faut s'y préparer.

 

Nous le savons tous, la lenteur et la complexité des règles et des procédures sont les principaux reproches fait à l’administration.

La réponse de la Fonction publique, c'est l'adaptation.

Adaptation des moyens aux besoins.

Adaptation aussi des procédures pour gagner en simplicité, en réactivité et en qualité de service

Nos services publics doivent être en mesure d’évoluer constamment, en répondant à des besoins nouveaux ou en adaptant leur implantation territoriale pour améliorer le service rendu au public.

Cela suppose de développer la capacité d’adaptation des fonctionnaires et des agents à de nouveaux métiers, c’est l’un des enjeux de la formation professionnelle tout au long de la vie.

D’où la nécessité d’aborder des questions aussi essentiels que le périmètre de la Fonction publique  et son adaptation à l’évolution des besoins.

En effet, «service public » ne veut pas dire systématiquement « fonction publique ».

Dans tous les pays, en Métropole et en Nouvelle Calédonie : bien des personnes sont au service du public sans pour autant être des fonctionnaires. Mais tous effectuent un travail consciencieux, animé par leur sens du devoir et de l'intérêt général. Permettez-moi de les saluer.

Voilà la grande ambition de ces Assises : réfléchir en profondeur sur

 la Fonction publique, pour dégager, au terme des débats, les atouts

et les insuffisances du système actuel ainsi que les orientations et conditions de réussite à une rénovation, qui serviront à l’élaboration d’un schéma directeur qui guidera l’action du Gouvernement.

Pour cela, le débat que nous ouvrons aujourd’hui sera large et pluraliste car la Fonction publique c’est l’affaire de tous.

Le consensus doit être recherché, il n’y a pas de solutions et de réponses toutes faites à apporter aux défis à venir. Ensemble, il faut innover et ne pas apporter au débat que ses craintes mais plus ses convictions, son expérience et ses réflexions.

Pour cela, j’ai souhaité que notre réflexion s’ouvre aux expériences étrangères. Nous remercions les représentants de pays étrangers ayant conduit des démarches de modernisation de leur Fonction publique de leurs témoignages.

Je remercie également vivement les membres des deux instances GIE et GPS qui pilotent la démarche de rénovation  et qui ont accepté de s’engager dans ce projet et qui apporteront au débat leur expérience et leur maîtrise des enjeux relatifs au renouveau de notre Fonction publique.

La Fonction publique s'est engagée dans une démarche de rénovation sans précédent. Il nous faut réussir ensemble pour l’avenir de notre pays.

A mon sens trois objectifs peuvent nous guider.

 Anticiper les missions qui relèveront demain de notre Fonction publique.

Apporter des garanties de sécurité aux agents publics et fonctionnaires.

Et clarifier le statut et la gestion de la Fonction publique.

 On ne peut pas demander toujours davantage aux agents publics sans en tirer les conséquences. Par leurs missions comme par leurs valeurs, les agents publics sont au service de l’intérêt général. Les garanties de sécurité et d'indépendance à l’égard du pouvoir politique en sont le corollaire.

 Aujourd'hui, les textes réglementaires régissant les statuts de la Fonction publique sont multiples, complexes et sources d’inégalités pour des emplois comparables.

 Le statut général de la Fonction publique devra être mieux défini par une loi du pays. Il faut que la loi consacre une fois pour toutes les garanties fondamentales des fonctionnaires, leurs droits mais aussi leurs obligations.

 Par ailleurs, il faut renforcer les liens avec la Fonction publique communale et pourquoi pas à travers la création d’une inspection générale de l’administration fédératrice chargée notamment d’une mission d’intérêt général d’audit et de conseil. Il s’agit d’une idée parmi d’autres pour lancer le débat.

 

Mesdames et Messieurs, la Fonction publique est résolument tournée vers l'avenir. Ces Assises en sont l'illustration concrète.

Comme tous les calédoniens mobilisés, vous allez contribuer à l’avenir d'une institution vitale pour notre pays. Par votre engagement, par vos valeurs, par votre sens de l'intérêt général, vous faites honneur à notre pays.

Avec vous, je veux construire la Fonction publique de demain, avec détermination, avec conviction, dans notre intérêt commun.

Je veux vous dire ma confiance, mon estime et ma reconnaissance.

 

Je vous remercie.

 

                                                                                                                              Seul le prononcé fait foi.