Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Jean-Jacques BROT, un grand serviteur de l'Etat, pas servile du tout ...

Publié le 20 Juillet 2014 par Loueckhote Simon in politique

 

"Se soumettre ou se démettre ...." Ces quelques mots du Républicain "Gambetta" qui illustrent sans plus en dire, la décision de Jean-Jacques BROT, de démissionner de ses fonctions de Haut-Commissaire en Nouvelle-Calédonie pendant la visite du Ministre des Outre-Mer.
Au delà de ce choix qui lui incombe, la Nouvelle Calédonie a connu à travers lui une approche de la mission du représentant de l'Etat et de ses services, tout à fait inédite.
Accessible, direct, franc, cultivé, parfois familier dans le sens "esprit de famille" avec ceux qu'il considère comme de sa fibre, intransigeant sur "l'idée certaine" qu'il se fait de la Nouvelle Calédonie dans la France, homme de principe au verbiage savant et de haute lignée, ce serviteur "non servile " a conjugué, sur cette dernière salve au Gouvernement de la République, "la parole et les actes".
Chantage ou bras de fer au profit des intérêts de la Nouvelle Calédonie, son maintien en fonction est aujourd'hui suspendu à la venue ou non d'Alain CHRISTNACHT et de Jean-François MERLE, les "missionnaires" nommés par le Premier Ministre pour prendre la relève de Jean COURTIAL et Ferdinand MELUN-SOUCRAMANIEN, les "éclaireurs" qui ont œuvré ces deux dernières années pour apporter leur lecture de l'Accord de Nouméa et aider les partenaires Calédoniens à comprendre et à choisir leur avenir institutionnel.
L'habituelle neutralité des serviteurs de l'Etat est en sa personne sérieusement remise en question.
Jusqu'à quel point en effet la simplicité et la volonté apparemment inébranlable de cet homme qui préfère être "hors cadre" pour les années à venir plutôt que de rester dans "le cadre", vont-elle faire changer de locataire, la résidence de la colline ?
Nous le remercions quoi qu'il en soit pour le travail qu'il a accompli et celui de réflexion qu'il ne va pas manquer de susciter au plus haut niveau de l'Etat.

 

Commenter cet article