le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Discours de clôture des Assises de la Fonction Publique

Mesdames et Messieurs,

 D’abord merci à toutes et à tous pour votre participation à ces trois journées de débats qui furent denses et de grandes qualités.

Je remercie tout particulièrement les intervenants qui depuis Lundi nous ont fait vibrer par la qualité de leurs interventions.

Je veux remercier Maria MAGUIRE, Teresa GANHAÖ, Marine CORRAZE, Carla CARIN, Knut REXED, Filip GRUND, Daniel CHARBONNEAU, Olivier SUDRIE et Fernand JAMMES.

Mesdames et Messieurs, vous nous avez remarquablement éclairés grâce à vos exposés sur les différents modèles de Fonction Publique et de gestion des ressources humaines de vos pays respectifs et par  la profondeur de vos analyses, la simplicité de vos propos, la neutralité de votre regard, la franchise et l’impartialité dont vous avez fait preuve tout au long de ces trois journées d’échanges.

Permettez-moi enfin de remercier celle qui a été la cheville ouvrière de ces Assises, je veux citer Charlotte LEMOINE que le Gouvernement, sur ma proposition, a chargé de piloter toute la phase de réflexion et d’élaboration des orientations et des objectifs qui seront présentés avant la fin de cette année au Congrès de la Nouvelle-Calédonie.

Je ne peux oublier toute l’équipe qui à vos côtés, Charlotte, a participé très activement à l’organisation de ces trois jours. De mes propres collaborateurs aux vôtres en passant par celles et ceux qui ont été sollicités occasionnellement, je veux leur dire toute ma gratitude et la reconnaissance du Gouvernement pour ce que beaucoup qualifie déjà de succès de ce rendez-vous.

Mesdames et Messieurs,

J’ai pu apprécier à travers la synthèse passionnante des travaux des différents ateliers, l’importance des enjeux, les atouts pour y parvenir et les difficultés à surmonter.

Je veux à ce titre saluer les rapporteurs de ces ateliers qui nous ont tracé des perspectives sur l’évolution de notre Fonction Publique.

Les débats que nous avons pu avoir au cours de ces Assises constituent pour nous tous, une grande chance : la possibilité d’avoir une vue globale sur la problématique de la Fonction Publique.

Ceux d’entre vous qui suivent depuis longtemps ce dossier pourront témoigner qu’un tel tableau n’a pas été dressé depuis longtemps.

Nous devons réinventer notre modèle de Fonction Publique. Des tendances lourdes et irréversibles sont en cours ou se dessinent

déjà, comme les transferts de compétences, l’aménagement et le développement de notre pays.

A ce titre, nous ne pouvons plus réfléchir d’un côté sur le secteur privé et de l’autre, sur le secteur public.

Les services publics sont aussi créateurs de richesse et de cohésion. Ils participent également à la compétitivité et à la croissance du pays.

Ces évolutions de la société nous imposent une réflexion sur nos priorités mais nous impose aussi d’avoir une nouvelle vision d’ensemble partagée, secteur privé et secteur public, non plus opposés mais en synergie.

Que voulons-nous, comme services publics et Fonction Publique dans le nouveau contexte juridique, économique et social, et dans le respect de nos valeurs ?

Je pense, pour ma part, qu’il nous faut une politique globale de l’emploi public et privé, afin de prendre la hauteur nous permettant de percevoir les mutations économiques et sociales en cours.

A l’écoute de vos travaux dans les six ateliers et dans les contributions qui les ont précédés, je remarque une grande cohérence des attentes qui s’expriment pour redéfinir les services publics et la Fonction Publique, des services publics et une

Fonction Publique adaptés à notre temps.

Vous demandez très légitimement des garanties sur l’emploi et la carrière des agents au service du public.

Vous demandez également des services publics de qualité, plus simples, plus transparents, plus réactifs, plus proches.

L’agent, le fonctionnaire, l’usager  doivent être au cœur de l’organisation des services publics que nous devons initier.

·       Placer l’agent au cœur du service public, c’est d’abord un cadre  clarifié pour l’emploi public.

·       Placer le fonctionnaire au cœur de la Fonction Publique, c’est recentrer son statut sur les services publics essentiels et ceux indispensables à la bonne marche de nos Institutions.

·       Placer l’usager au cœur des services publics, c’est lui permettre de se faire mieux entendre.

Dans ce cadre, permettez-moi de reprendre un à un les thèmes des ateliers de ces Assises pour les inscrire dans la dynamique suivante.

La nouvelle Fonction Publique devra être celle de la diversité avec des concours rénovés.

Elle devra  être un modèle de promotion sociale à tous les niveaux.

Les concours devront être moins académiques et plus axés sur la reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle.

Il nous faudra inventer d’autres voies de recrutement pour une égalité réelle des chances d’accès à l’emploi public avec la prise en compte de la problématique de l’emploi local.

Prenons un exemple, les contraintes du métier de sapeur pompier

nécessitent une personne jeune capable de supporter l’engagement physique imposé par les opérations de secours et incendie, parfois en milieu hostile.

La gestion des ressources humaines pour ce corps de métier devrait donc se structurer autour de cette exigence de jeunesse avec une approche globale « recrutement-formation-emploi» devenant ainsi un modèle de promotion sociale pour des jeunes notamment en échec scolaire. La sélection se faisant moins par le diplôme que par le potentiel, la volonté de progresser et le sens du service  public.

La nouvelle Fonction Publique devra être également celle du dialogue social.

Un dialogue social enrichi s’ouvrant à de nouveaux sujets et davantage centré sur la politique de gestion des ressources humaines que sur la gestion des statuts.

Avec des instances de concertation moins nombreuses, moins complexes, plus efficaces, et plus réactives.

La nouvelle Fonction Publique devra aussi être mieux gérée.

La coexistence de statuts particuliers est source d’inégalités et limite la mobilité des carrières et des compétences.

Il sera nécessaire de moderniser et simplifier des statuts inadaptés, aux exigences actuelles d’une bonne gestion des ressources humaines. Ce préalable permettra de mettre en place une véritable gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences.

La nouvelle Fonction Publique devra rendre les services publics essentiels et institutionnels.

Les services publics doivent en permanence s’adapter aux besoins des calédoniens. Ils sont partout et tant mieux car ils consolident notre cohésion sociale.

Nous avons la chance de pouvoir compter sur plus de 4000 agents non fonctionnaires au service du public qui se sont engagés, non pas pour un statut, mais par vocation, avec le souci de l’intérêt général qui implique souvent un engagement personnel.

La Fonction Publique n’a pas vocation à englober tous les services publics, elle ne le peut pas. Toutefois elle doit être la pierre angulaire de l’édifice.

Elle doit assurer les services publics jugés essentiels par notre modèle de société ainsi que les services publics chargés de la bonne marche des institutions de la Nouvelle Calédonie.

La nouvelle Fonction Publique devra être professionnelle, neutre et indépendante.Les fonctionnaires représentent l’administration et doivent en incarner les valeurs, la légitimité et l’exemplarité.La crédibilité de la Fonction Publique en dépend pour partie. Aussi les qualités humaines et l’expérience sont essentielles tout comme la mobilisation et le développement des compétences qui sont au cœur d’une Fonction Publique professionnelle.

Enfin la nouvelle Fonction Publique devra être plus performante

Elle est déjà entrée dans la modernité, par la compétence de ses agents, par l’introduction des technologies nouvelles et le souci d’améliorer la qualité du service.

Mais faute d'un schéma directeur d'ensemble, d'une stratégie du changement, cette évolution erratique s'est faite dans le désordre accumulant les incohérences sources de tension.

Plus qu'elle ne s'est réorganisée, la Fonction Publique s'est désorganisée et complexifiée.

La nouvelle Fonction Publique devra donc être plus performante dans son organisation, ses méthodes, son fonctionnement pour rendre un service public de qualité et adapté à la réalité des usagers.

Mesdames, Messieurs,

C’est sans tabou et dans un esprit constructif que nous avons tous ensemble abordé ces Assises.

Grâce à vous, nous avons avancé. Soyez en conscients.

Ces Assises qui se terminent maintenant ne sont pas une fin. Elles sont le point de départ d’un nouveau rythme dans l’ampleur et la portée des réflexions engagées au profit d’une Fonction Publique rénovée.

Au moment où nous clôturons ensemble ces trois jours d’Assises, je veux rappeler trois principes qui, à mes yeux, feront émerger la nouvelle Fonction Publique:

·        d’abord la confiance, la confiance dans l’avenir, la confiance dans nos services publics, la confiance entre employeurs, agents et usagers ;

·        la simplicité, des règles et procédures

·        et celui de la performance pour un service public de qualité.

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi.