Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Loi Travail : le pavé dans la mare du Nobel Jean Tirole

Publié le 19 Juin 2016 par Loueckhote Simon in Social

 

Publié le  dans Travail & emploi

Par Vincent Delhomme.
Un article de Trop Libre

Alors que la loi Travail ne cesse de déchaîner les passions, la parution du premier livre grand public de Jean Tirole, Économie du bien commun, vient remettre un peu d’ordre dans le débat. Il y consacre un long chapitre au marché du travail qui, s’il ne livre rien d’inédit, offre une synthèse fort à propos de l’état des connaissances de la science économique et des propositions du Prix Nobel d’économie en la matière.

Inutile de s’appesantir sur les caractéristiques de notre marché du travail, elles sont déjà connues : un chômage élevé et de longue durée qui touche principalement les 15-24 ans et les 55-64 ans ainsi que les peu qualifiés, un marché du travail fortement segmenté entre outsiders et insiders, un mal-être au travail particulièrement répandu et enfin une politique de l’emploi coûteuse pour des résultats médiocres.

Réforme du marché du travail

 

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2016/06/dessin-politique575-193x320.jpg

dessin politique575Jean Tirole insiste d’abord sur un point capital, la nécessité d’une réforme en profondeur de notre marché du travail pour résoudre durablement la question du chômage. L’idée, souvent entendue dans l’opposition de gauche à la loi El Khomri, que le problème du chômage serait avant tout lié à un désordre d’ordre macroéconomique, le fameux carnet de commandes qu’il s’agirait de remplir, est erronée. En premier lieu parce que la France souffre d’un chômage structurel qui n’est pas redescendu en dessous des 7% depuis trente ans, et ensuite car la situation économique actuelle s’apparente déjà à une relance keynésienne, avec des taux de change et un pétrole très bas, et un euro faible. Or, le chômage, lui, reste encalminé à des niveaux très élevés.

 

Pour Jean Tirole, c’est avant tout sur le contrat de travail qu’il faut agir en adoptant un système de protection du salarié et non de l’emploi : permettre à l’entreprise de retrouver de la liberté dans ses embauches et ses licenciements, tout en assurant au travailleur un haut niveau de protection contre les aléas du chômage. Cela passe par l’instauration d’un contrat unique avec droits progressifs et la fin en l’état du CDD et du CDI. Ensuite, en échange de cette flexibilité, l’entreprise serait responsabilisée dans sa gestion des ressources humaines par la mise en place d’un système de bonus-malus sur les licenciements, les entreprises les moins vertueuses supportant une plus grosse part du financement de l’assurance chômage.

Qu’attendre de telles réformes ? Jean Tirole rappelle d’abord un élément trop peu souvent évoqué, c’est que la flexibilité profite non seulement à l’employeur mais aussi au salarié, qui est aujourd’hui littéralement prisonnier de son CDI par peur de ne pas en retrouver en cas de départ. Il est ainsi incité à rester coûte que coûte à son poste de travail, même lorsque celui-ci ne lui convient plus ou qu’il est simplement en conflit avec sa hiérarchie. Ce regain de flexibilité représenterait aussi un gain économique en facilitant un bon appariement entre les salariés et les emplois, il conduirait aussi à une réduction des coûts pour les finances publiques. Au total, la plupart des études montrent que l’effet sur le chômage en serait positif, mais pas forcément dans de grandes proportions.

Les insuffisances du marché de l’emploi

C’est qu’il existe bien d’autres aspects du marché du travail sur lesquels il faudrait agir pour véritablement résoudre le problème d’emploi du pays. Il cite pêle-mêle la formation professionnelle coûteuse et médiocre, l’insuffisance de l’apprentissage, le choix français d’un SMIC très élevé (en pourcentage du salaire médian) par rapport aux autres pays de l’OCDE, le degré de fermeture de certaines professions réglementées, l’inadéquation des qualifications avec la demande de travail, etc.

Au passage, Jean Tirole tacle le sophisme de la réduction du temps de travail qui refait surface périodiquement, au gré des réformes :

« Entendons-nous bien : les économistes ne prennent jamais parti sur la question de savoir si l’on devrait travailler 35, 18 ou 45 heures par semaine. Il s’agit là d’un choix de société… et des personnes concernées. Sur ce dernier point, il n’y a aucune raison pour que, laissées libres de déterminer leur temps de travail, des personnes différentes fassent le même choix (…). En revanche la thèse selon laquelle réduire la durée du travail, avancer l’âge de la retraite, bloquer l’immigration (…) créera des emplois pour les autres n’a aucun fondement, ni théorique ni empirique. ».

En une trentaine de pages, Jean Tirole brosse à grands traits les contours d’une réforme ambitieuse avec en ligne de mire la fin de cette exception française du chômage de masse. Une réforme qui redonnerait de la liberté aux entreprises et aux individus sans sacrifier la protection des travailleurs contre les aléas économiques. Reste à trouver la volonté politique de la mener.

 

Commenter cet article