Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de Simon Loueckhote

Une fenêtre sur la Nouvelle-Calédonie : politique, santé, social, éducation, francophonie, économie

Voeux 2012

Publié le 1 Janvier 2012 par Loueckhote Simon in Société

Chers amis,

Au moment où je m’adresse à vous, je ne peux m’empêcher de penser à celles et ceux qui en cet instant, souffrent. Ils souffrent de l’indifférence des autres, ils souffrent de la maladie, ils souffrent parce que leur quotidien est devenu un véritable calvaire, ils souffrent parce qu’ils ont l’amère sentiment qu’ils ont été oubliés, ils souffrent des injustices dont ils se considèrent être les victimes.

Je veux leur dire toute ma compassion dans ces moments de souffrance, je veux leur dire que je partage leur peine, je veux aussi leur dire que jamais leur préoccupation n’aura été aussi proche de mon cœur. 

La Nouvelle-Calédonie a été relativement épargnée par les crises successives qui ont touché le monde et fragilisé l’économie d’un certain nombre de grandes puissances mondiales. Pour autant, elle n’est pas à l’abri des contrecoups de ces phénomènes.

La Nouvelle-Calédonie devra, si elle ne veut pas sombrer dans les errements qu’ont connus certains pays, se préparer. Elle devra notamment dès à présent, repenser en profondeur son organisation si elle veut garder sa place tant enviée dans cette région du monde. Et cela passera inévitablement par des réformes qui couteront à chacune et à chacun d’entre nous. Nous devrons toutes et tous être solidaires dans ces temps difficiles. 

La stabilité politique et la confiance ont été les moteurs du dynamisme de notre économie.

Dopé par l’industrie du nickel et la consommation des ménages, les investissements n’ont cessé de croître générant des richesses qui ont permis aux différentes collectivités et aux pouvoirs publics d’agir et ainsi réduire les inégalités sociales.

Certes, il reste encore beaucoup à faire notamment en faveur des plus démunis.

Je veux rendre hommage aux agriculteurs, qui malgré les vicissitudes de la nature ne perdent pas espoir et continuent inlassablement à retourner la terre nourricière et produire

Je veux rendre hommage aux travailleurs, bras armés de nos entreprises et qui font leur réussite

Je veux rendre hommage aux entrepreneurs et aux investisseurs qui malgré les incertitudes des marchés s’engagent et prennent des risques

Je veux rendre hommage aux pères de famille qui assument leur charge dans des conditions souvent difficiles

Je veux rendre hommage aux femmes, poteau central de la case familiale, trop longtemps négligées, privée de leurs droits et donc de dignité sans qui le mot famille n’existerait pas

Je veux rendre hommage à la jeunesse pour sa combativité, son sens des responsabilités et je veux en particulier rendre hommage à toutes celles et à tous ceux qui ont brillamment réussi à leurs examens. Je veux leur dire que l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, leur pays  ne se construira pas sans eux. Je veux leur dire que la Nouvelle-Calédonie sera demain, non pas ce qui sera voulu par d’autres mais bien par ce qu’ils en feront.

Je veux vous rendre hommage à vous et vous êtes nombreux qui croyez en l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. Beaucoup d’entre vous,  avez rejoint cette terre pour y faire votre vie, parfois y fonder une famille. Vous avez apporté à ce pays votre expérience personnelle, vous l’avez enrichi de votre savoir. Votre courage et votre sang froid ont propulsé la Nouvelle-Calédonie à cette place tant enviée.

Cependant, vous considérez que vous êtes l’objet de discriminations.

Vous considérez très justement que votre exclusion du droit de vote aux élections provinciales et au scrutin d’autodétermination sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie et peut-être demain du corps électoral pour les élections municipales, fait de vous des Calédoniens de seconde zone. Vous ne reconnaissez plus cette terre d’accueil que vous avez rêvé de connaître qui vous a accueilli puis que vous avez participé à bâtir. C’est pour cela que j’ai proposé pour réduire l’impact de cette inégalité, que dans les Assemblées de Province et au Congrès, vous puissiez disposer de sièges qui permettraient à la catégorie de citoyens à laquelle vous appartenez d’y être représentée. Vous pourrez ainsi donner votre avis et voter des textes de la compétence des Provinces, de la Nouvelle-Calédonie et de l’Etat à l’exception de celles engageant l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie.

Chers amis, je me réjouis de ce moment privilégié que je partage avec vous. Les nouvelles technologies de l’information m’offrent cette ouverture vers le monde. Une information bridée dans notre pays.  La liberté de l’information est une de mes préoccupations. L’information est un droit fondamental. Et je ne peux que regretter la pauvreté du paysage médiatique de notre île.

J’ai eu l’occasion avec d’autres formations politiques de dénoncer le verrouillage du paysage radiophonique en Nouvelle-Calédonie puis plus récemment le cadenassage du paysage audiovisuel du pays par certains, à leur seul profit.

C’est pour cela qu’en lieu et place du financement d’une télévision au service de quelques uns seulement, j’ai proposé la création d’un vrai service public de l’information, gage d’une information pluraliste, objective et neutre.

Mes chers amis, la Nouvelle-Calédonie a égalé le macabre chiffre des années précédentes du nombre de morts sur nos routes, 62. L’année 2012 commence bien mal. Elle est endeuillée par la mort d’un jeune homme de 15 ans fauchée par une voiture. Ce sont des morts de trop. La conduite en état d’ivresse est souvent à l’origine des accidents, la vitesse est un facteur aggravant, la prise de stupéfiant, prend une part importante dans les causes de ces morts. Malgré, les campagnes de sensibilisation organisées par les pouvoirs publics, la présence et le contrôle de plus en plus fréquente des forces de l’ordre sur nos routes, le durcissement du code la route, rien n’y fait.

Il ne se passe plus un jour sans que la rubrique des faits divers nous relate les incivilités de toute nature allant du simple coup de poing après des insultes à la bagarre générale entrainant souvent la mort d’un homme, d’une femme ou encore d’un enfant en passant par une arrestation musclée d’un chauffard contrôlé positif. Un point commun à tous ces délits, l’alcool et le cannabis.

Et nous voyons bien que la bataille ne se gagnera pas sans la volonté de toutes et de tous. Cette bataille se gagnera par chacune et chacun.

 

Aux associations, aux nombreux bénévoles qui ne ménagent ni leur temps ni leur peine et avec beaucoup de dévouement pour être au service des plus démunis, des nécessiteux, des personnes en proie à la dépendance, je veux dire toute ma gratitude et ma reconnaissance.

Aux policiers, nationaux et municipaux, aux gendarmes, je veux les saluer et les féliciter pour leur courage et leur sens du devoir. Ils effectuent leur mission dans des conditions souvent difficiles avec beaucoup de sang froid. 

Chers amis, les pages de l’année 2011 se sont tournées,

Je vous invite pour qu’ensemble nous puissions remplir les pages vierges de cette nouvelle année, de nos plus belles histoires

A vous toutes et à vous tous, je vous souhaite une très bonne année 2012, une année pleine d’espoir

 

 

 

Commenter cet article